"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

lundi 27 décembre 2010

Rencontre européenne de Taizé à Rotterdam

Dans quelques heures je me mettrai en route pour rejoindre la ville de Rotterdam, aux Pays-Bas, et les 30.000 jeunes attendus à la Rencontre européenne de Taizé.
D'ors et déjà je vous souhaite à tous une très bonne année 2011, dans la paix, la joie, l'amour et le don de vous-mêmes.

P. David Journault

Homélie du 24 décembre - Nuit de Noël

Église St Étienne – Entrammes – 22h30
Vendredi 24 décembre 2010
Solennité de la Nativité du Seigneur – Messe de la nuit


(Textes : Is 9,1-6 – Ps 95 – Tt 2,11-14 – Lc 2,1-14)

Mot d’accueil :
 
Amour, paix, joie, bonheur, voilà les mots qui viennent à l’esprit quand nous pensons à Noël. Rassemblés ce soir autour de l’Enfant-Dieu, nous venons puiser à la source de l’Amour, pour nourrir nos propres cœurs de cet Amour et le rayonner autour de nous.

Homélie :
 
Frères et sœurs,
 
Rassemblés ce soir autour de l’Enfant Jésus, c’est à une plongée dans les sources de notre foi que nous sommes invités. Oui, car si nous célébrons toujours l’anniversaire de la naissance au monde du Fils de Dieu, plus de 2000 ans après, c’est que par cet événement inouïe Dieu inaugurait la rédemption de l’humanité.
 
Jésus, le Fils de Dieu, le Sauveur du monde, vient au milieu de l’humanité, vient marcher sur nos routes, vient partager notre condition humaine. Et il n’est pas là pour faire semblant ! Quand le Fils de Dieu, le Verbe éternel, se fait chair, il vient au monde comme un petit bébé, pour vivre de l’intérieur notre condition humaine.
 
L’essentiel des années que le Christ a passé sur notre terre, au milieu de nous, furent des années silencieuses : de sa naissance jusqu’au début de sa vie publique, vers 30 ans, Jésus a vécu une vie humaine simple et ordinaire au milieu des habitants de Nazareth, aux côtés de Marie et de Joseph. Voilà bien ce qu’il y a d’étonnant : 30 années de vie cachée, 3 années de vie publique, d’enseignement, de guérisons, pour aboutir à la mort et à la résurrection. Pourquoi tout ce temps de Nazareth, qui pourrait presque nous sembler du temps perdu ? Pourquoi est-ce que Dieu a voulut passer toutes ces années à vivre ordinairement, comme l’un de nous ?
 
C’est que l’amour de Dieu pour nous va jusque-là : le vœu le plus profond de l’amour, c’est de devenir l’autre, tout en restant soi-même, et en Jésus-Christ, cela se réalise parfaitement. Jésus est vrai Dieu et vrai homme… En Lui, l’un de la Trinité est venu au milieu de nous, en Lui, l’un de nous est monté aux cieux et réside au sein de la Trinité. Car la nature humaine de Jésus n’est pas comme un habit qu’il aurait revêtu au soir de Noël, pour le porter pendant 33 années et le jeter au moment de l’Ascension. Non, depuis son passage sur cette terre, au milieu de nous, et pour l’éternité, Jésus, le Fils de Dieu, est vrai Dieu et vrai homme. Et son corps ressuscité nous dit quelque chose de ce que sera notre propre corps à la résurrection.
Jésus nous montre le chemin car, comme le disait St Athanase, « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu. » : en imitant le Christ, nous sommes véritablement ses frères adoptifs et nous entrons dans l’intimité de la Sainte Trinité…
 
Imiter le Christ… c’est comme cela que nous pouvons entrer en communion avec Dieu. Et quel est le cœur de la vie du Christ, sinon l’amour pour Dieu et pour l’humanité toute entière ? Ainsi, le chemin qui s’ouvre à nous en cette fête de Noël est encore et toujours un chemin d’amour, et d’amour en acte et en vérité. Car l’amour ne se voit pas, mais ce que l’on peut voir, ce sont les actes d’amour. En s’incarnant, en devenant homme, en nous enseignant, en mourant sur la croix, en ressuscitant et en nous envoyant son Esprit Saint à la Pentecôte, Dieu nous a montré jusqu’où va son amour pour nous.
 
Et nous, quels sont les gestes que nous posons pour témoigner à Dieu de notre amour pour Lui ? Que pouvons-nous faire ? « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que tous vous reconnaîtront comme mes disciples », « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », « ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». La réponse du Christ est claire : ce qui témoigne le plus de mon attachement à Lui, c’est la façon dont je me comporte avec celles et ceux qui m’entourent. Toute personne doit être pour moi visage du Christ : tout geste d’affection, d’aide, de soutien, que je pose pour quelqu’un, c’est un geste d’amour que je fais vers Dieu, en même temps. Et à l’inverse, tout geste, toute parole de rejet, de haine, de méchanceté, de jalousie,… que je fais vers un autre, c’est en même temps une barrière que je dresse entre moi et Dieu.
 
Parfois on me dit « Moi, mon père, je suis chrétien non pratiquant », ce qui sous-entend généralement que la personne croit en Dieu mais ne fréquente pas beaucoup les Églises. Il s’agit là de la pratique religieuse, de la fréquentation des sacrements, qui est un élément indispensable de la vie chrétienne. Mais la pratique chrétienne, être chrétien pratiquant, ce n’est pas seulement venir à la messe : être chrétien pratiquant c’est prier, seul et avec d’autres, c’est aussi lire la Parole de Dieu, et enfin, être chrétien pratiquant, c’est essayer de faire de toute sa vie une louange à l’amour de Dieu. Voilà ce que c’est que d’être chrétien : prier, lire la Parole, aimer en acte et en vérité.
 
Frères et sœurs, pour vivre comme cela, nous avons besoin les uns des autres, nous avons besoin de nous soutenir par la prière, par les paroles et par les actes. Que cette fête de Noël soit pour nous le rappelle vibrant et chaleureux que notre vie ne trouve son sens que si nous mettons l’Amour à la première place.
 
Amen.
 
David Journault †

mardi 21 décembre 2010

Message de Noël 2010 de Mgr Scherrer

Il faut être petit pour comprendre le mystère de Noël

On désacralise toujours plus Noël en en faisant une fête commerciale où l’on ne pense qu’à faire bombance et à s’échanger des cadeaux coûteux. Quel dommage ! Car Noël, c’est une nouvelle prodigieuse, un évènement merveilleux : c’est Dieu qui vient à la rencontre de l’homme. Parce qu’il est tout amour, ce Dieu descend en quelque sorte de sa hauteur et se fait l’un de nous. Dans la fragilité d’un tout-petit, il vient cacher le trésor d’une vie par laquelle il veut régénérer l’humanité toute entière. À travers les yeux d’un enfant, il nous dit la valeur incommensurable de toute vie humaine, quelle qu’elle soit.

Noël, c’est donc d’abord un appel à reconnaître et à défendre la dignité des plus vulnérables : le petit enfant dans le sein de sa mère, la personne malade ou handicapée, le vieillard en fin de vie. Parce qu’ils sont vulnérables, précisément, ils réclament de notre part un surcroît d’attention et de bienveillance ; ils demandent tout simplement à être accueillis et aimés pour ce qu’ils sont. C’est tellement important de le redire. Car notre société qui regorge d’inventions géniales, de richesses scientifiques et technologiques, notre société qui dispose de tous les biens matériels nécessaires et qui est au top de la modernité est pourtant une société qui a peur du handicap et de la vulnérabilité. C’est ce qui explique que la tentation de l’eugénisme et de l’euthanasie n’a jamais été aussi prégnante qu’aujourd’hui. Or, une société qui ne respecte plus la dignité de la personne, une société qui refuse d’accueillir la vulnérabilité, une société qui menace en définitive la vie des plus faibles est une société qui risque à tout moment de basculer dans l’inhumanité et la barbarie.

Échangeons nos cadeaux, vivons joyeusement la fête ! Oui ! Mais n’oublions pas la foule innombrable des petits et des mal-aimés que notre société exclut. Bon Noël à tous !

+ Mgr Thierry Scherrer

Évêque de Laval

jeudi 16 décembre 2010

"Né d'une femme", une vidéo de frère Roger


Né d'une femme from Taizé on Vimeo.

La scientologie veut convertir les paroisses catholiques !!!

Y en a qui ne manquent vraiment pas de culot !
Je viens de recevoir ce matin dans ma boîte aux lettres une carte, adressée à la paroisse Saint Benoît les Rivières, de la scientologie ! Cette secte, qui ose s'appeler église, uniquement intéressée par le pouvoir et l'argent qui propose à une paroisse catholique un programme de formation !
Je cite, c'est à mourir de rire :
Quel que soit le problème... on peut y faire quelque chose.
Découvrez 19 méthodes pratiques et efficaces pour aider les autres n'importe quand et n'importe où
  • s'occuper de gens bouleversés
  • aider les enfants
  • réparer des relations
  • et bien plus
Ça y est ! La scientologie va sauver le monde ! Ils ont toutes les solutions à tous les problèmes ! Et bientôt, moyennant finance, nous résoudrons tous vos problèmes !

Le plus triste dans cette histoire, c'est qu'avec de pareils stupidités ils réussissent à embrigader des personnes.
Le seul truc qui me console, c'est que ça doit leur coûter cher, puisque, tenez-vous bien, la carte me parvient de Nouvelle-Zélande !
Allez, bonne journée quand même !

mercredi 15 décembre 2010

Le plus vieux couple d'Europe

Un très beau petit article en page 11 du journal "La Croix" d'aujourd'hui, écrit par Nicolas César. Je vous le partage :

Mari et femme depuis le 28 novembre 1929, les Minato «ont fait le serment que rien ne viendrait briser leur histoire».

Enfants, Angelo et Amabile habitaient l'un en face de l'autre dans leur ville de naissance, Roncade, dans la région de Trévise, à quelques encablures de Venise. D'ailleurs, ces fervents catholiques sont convaincus que «c'était un signe de Dieu». C'est donc sur le perron de l'église, à seulement 10 ans, qu'Angelo lui déclarera sa flamme: «Tu seras ma femme.» Depuis, ils sont inséparables, malgré la guerre et le fascisme qui les ont amenés à s'exiler en France. Angelo est arrivé le premier en 1925 et Amabile l'a rejoint en 1926. Enfants d'agriculteurs, ils ont choisi Mézin (Lot-et-Garonne), pour construire leur «nid». Là, Angelo a pu réaliser son rêve et passer la bague au doigt de sa promise le 28 novembre 1929, le jour des 20 ans de celle-ci.

«C'est un amour sans faille porté par une croyance très forte en Dieu. Ils ont toujours prié ensemble matin et soir», déclare, admirative, Jeanine, 74 ans, leur fille, qui les prend en charge à son domicile depuis dix ans. Pour elle, c'est là qu'il faut chercher l'explication de la longévité de leur couple. «Ils ont fait le serment devant Dieu que rien ne viendrait briser leur histoire.» Sur terre aussi, leur union est sous bonne garde. «Nous les choyons énormément. Tous les dimanches, les enfants se retrouvent autour de leur table», souligne Sylvie, une de leurs petites-filles. Aujourd'hui, c'est une grande famille qui les entoure: quatre enfants, sept petits-enfants, douze arrière-petits-enfants et un arrièrearrière-petit- fils.

Pour Jeanine, c'est un juste retour des choses. «Ils nous ont beaucoup protégés et se sont montrés attentifs aux autres. (...) Quand mes cousins, mes tantes ou des collègues de travail n'avaient rien à manger, ils donnaient toujours quelque chose, même si ce n'était que de la soupe», raconte-t-elle. Car leur vie fut rude: «Ils ont beaucoup travaillé, dans le froid, dans les usines de bouchons de liège de Mézin», souligne-t-elle. De caractère entier, voire autoritaire pour Amabile, ces deux amoureux ont su accorder leur violon et transmettre à leur progéniture leurs valeurs les plus chères: la foi, l'esprit de famille et le travail.

Aujourd'hui encore, ils forcent l'admiration de leurs enfants et petits-enfants. Si Amabile n'a plus toutes ses facultés mentales, Angelo veille sur elle comme sur un trésor, «son» trésor, avec un amour plus démonstratif. «Je n'ai jamais vu mon grand-père embrasser ma grand-mère. Aujourd'hui, il extériorise ses sentiments et lui fait plein de câlins», confie Sylvie, tout attendrie.

La Lettre de Taizé 2011 : Lettre du Chili

La nouvelle "Lettre de Taizé" pour l'année 2011 vient de paraître.
Elle s'intitule "Lettre du Chili", puisque c'est à Santiago du Chili que s'est déroulée du 8 au 12 décembre 2010 la deuxième rencontre internationale des jeunes en Amérique Latine.
Comme chaque année, le prieur de Taizé, frère Aloïs après frère Roger, vient nous livrer un texte de réflexion et d'approfondissement de la foi.
Bonne lecture.

samedi 11 décembre 2010

Bulletin paroissial de Noël

Le nouveau numéro du bulletin paroissial est publié. Tous les paroissiens le recevront dans leur boîte aux lettres.
Vous pouvez également le télécharger en cliquant ICI.
Bonne lecture !

jeudi 9 décembre 2010

Prière du 8/12/2010 à Avesnières

Hier soir, le 8 décembre 2010 en la Basilique Notre-Dame d'Avesnières, nous avons célébré la fête de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie.
A cette occasion, pendant la messe, toute l'assemblée avec Mgr Thierry Scherrer a prononcé cette prière :


Seigneur Jésus,

Je crois que Tu es le Fils de Dieu fait homme,
né de Marie la Vierge immaculée 
je T'accepte dans mon cœur, 
comme mon Seigneur, mon Sauveur et mon Dieu. 
Je Te demande pardon de mes péchés. 
Je crois en ta promesse de nous envoyer l'Esprit Saint d'auprès de ton Père. 
Je te rends grâce pour ce don que Tu veux me faire aujourd'hui de ton Esprit. 
Je Lui livre, maintenant, ma vie et tout mon être. 
Je consens à me laisser conduire par Lui sur des chemins que je ne connais pas. 
J'ouvre mon cœur à tous les charismes qu'Il voudra me donner pour l'édification de l'Église. 
Que son feu me brûle ! Que son eau me lave ! 
Que son souffle m'entraîne ! 
Fais que je sois, auprès de ceux que Tu me confies ou que je côtoie, 
un véritable témoin de l'amour du Père.
Et, pour cela, je Te demande de raviver le don de l'Esprit 
que Tu as déposé en moi par l'imposition des mains de l'Évêque, 
au jour de ma confirmation.
Gloire à ton Père ! Gloire à Toi, Jésus !
Gloire à ton Esprit d'Amour !

Amen !

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr