"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

vendredi 11 juillet 2014

Homélie du 1er juin 2014 - 7e dimanche de Pâques A

Église St Georges – Montigné – 01/06/2014 – 10h30
7ème dimanche de Pâques A
14 Premières communions


(Textes : Ac 1,12-14 – Ps 26 – 1P 4,13-16 – Jn 17,1-11)

Mot d’accueil :
Frères et sœurs,
Ce matin, nous sommes rassemblés en cette église par la grande fête de la première des communions : au milieu de nous, après leurs amis qui l’ont faite jeudi dernier, 14 enfants vont ce matin recevoir pour la première fois le Corps du Christ Eucharistie.

Homélie :
Aujourd’hui nous sommes rassemblés comme une grande famille, pour célébrer ces premières communions et ces baptêmes. Et nous sommes véritablement une famille : la famille des chrétiens, la famille des amis, des frères et sœurs de Jésus.
Dans la liturgie de l’Église, nous sommes dans cette période qu’on appelle le “Temps pascal”, et plus particulièrement vers la fin du Temps pascal, entre la fête de l’Ascension (jeudi dernier) et la fête de la Pentecôte (le 8 juin cette année)… Et ce temps est particulier, car il nous parle des derniers instants de la présence de Jésus sur cette terre, ou plutôt du changement de la façon dont Jésus est présent sur cette terre, au milieu de nous.
Comment Jésus a-t-il été présent dans le monde ? A Noël, Jésus entre dans le monde comme un petit enfant ordinaire, même si Marie et Joseph savent bien que ce n’est pas un enfant ordinaire. A l’Ascension, Jésus ressuscité qui est apparu à ses amis pendant 40 jours, disparaît définitivement.
Mais Il ne cesse pas d’être présent dans le monde, seulement, Il l’est d’une autre façon. Car Dieu ne cesse jamais de se donner à nous : avant la venue de Jésus, Dieu parlait aux hommes par les prophètes. Puis, pendant les quelques années de la vie terrestre de Jésus, Il leur a parlé directement. Jésus est venu nous dire et nous montrer comment vivre en communion avec Dieu : Il nous a montré qu’aimer Dieu et aimer les autres, c’est une seule et même attitude, un seul et même mouvement du cœur. C’est très beau et très exigeant ! Être chrétien, être ami de Jésus, c’est à la fois prendre régulièrement le temps de la prière (un peu tous les jours), c’est vivre les sacrements (surtout celui de l’eucharistie, en venant à la messe le plus souvent possible), et c’est être attentif à ceux qui nous entourent pour les aider et les aimer.
Jésus quitte ce monde avec son corps, mais Il ne nous laisse pas seuls, puisqu’Il nous fait le don de son Esprit Saint. Les disciples, après l’Ascension, vivront la grande joie de la Pentecôte, où ils recevront la force de l’Esprit Saint, qui leur permettra de mieux comprendre encore l’enseignement du Christ, et d’en devenir les témoins.
Jésus n’est plus physiquement dans le monde, et en même temps on pourrait dire qu’Il n’y a jamais été aussi présent, puisque l’Église, son corps, n’a jamais été aussi grande ! Si le corps physique d’homme de Jésus n’est plus là, nous sommes maintenant le corps du Christ : son Église, vous et moi, tous les baptisés de la terre, passés, présents et à venir ! En nous donnant son Esprit, Il permet que « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d’eux. » Le Christ est là, au milieu de nous, en nous. Car s’Il est tout spécialement présent dans le pain et le vin consacrés, n’oublions pas qu’Il est présent aussi dans sa Parole, dans la communauté rassemblée, et par la personne du prêtre qui redit ses paroles.
Le Christ disparaît aux yeux des hommes, mais c’est pour mieux entrer dans leur cœur : à la Pentecôte, au baptême, à la confirmation, Il nous donne son Esprit pour être intimement unis à Lui. Ainsi nous sommes rendus capables, avec toute la force de notre liberté, de faire sa volonté : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. »
Dans la force de l’Esprit Saint, depuis 2000 ans, les disciples de chaque génération peuvent devenir véritablement témoins et annoncer au monde la Bonne Nouvelle. Oui, comme pour les premiers disciples, Jésus nous envoie en mission, et en même temps, il ne nous abandonne pas car il a dit le jour de l’Ascension : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » La mission d’évangélisation ne dépend pas que de nous : nous avons à nous y dépenser, mais c’est toujours le Christ qui est le Maître de la mission. L’évangélisation est notre mission, notre travail, mais nous avons à la vivre dans la confiance, et non dans l’angoisse.
J’ai lu quelque part une anecdote sur le pape St Jean XXIII. Un ami lui disait après son élection : « Comme la charge doit être lourde ! » Et Jean XXIII répond : « C’est vrai, le soir quand je me couche, je pense, Angelo, tu es le Pape, et j’ai bien du mal à m’endormir ; mais au bout de quelques minutes je me dis, Angelo, que tu es bête, le responsable de l’Église, ce n’est pas toi, c’est le Saint-Esprit… Alors je me tourne de l’autre côté et je m’endors ! »
En aimant nos frères, en faisant le bien, en vivant dans l’amour, nous rendons le Christ présent physiquement dans le monde. Oui, le Christ nous demande de témoigner de lui, de parler de lui dans notre monde : tous ensemble, soyons des témoins joyeux, sachons être missionnaires pour relayer dans le monde cet appel de Dieu à vivre dans son amour, maintenant et à jamais.
Amen.
David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr