"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

vendredi 11 juillet 2014

Homélie du 11 mai 2014 - 4e dimanche de Pâque A

Église St Siméon – L’Huisserie – 10/05/2014 – 18h30
Église St Étienne – Entrammes – 11/05/2014 – 10h30
4ème dimanche de Pâques A


(Textes : Ac 2,14a.36-41 – Ps 22 – 1P 2,20-25 – Jn 10,1-10)

Mot d’accueil :
Frères et sœurs,
Aujourd’hui, 4ème dimanche de Pâques, l’Église nous invite tout particulièrement à prier pour les vocations. Tout à l’heure dans l’évangile nous entendrons cette parole de Jésus : « Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance. » Le Christ résume ainsi sa mission : donner sa vie aux hommes, et la donner en abondance. L’Église reçoit sa mission du Christ et, à travers elle, le Christ continue à donner la Vie aux hommes, grâce à la variété et à la complémentarité des vocations.

Homélie :
Frères et sœurs,
Alors que nous ne sommes pas encore parvenus à la fête de la Pentecôte, la liturgie de ce dimanche nous fait déjà entendre le discours que Pierre a prononcé le jour où, avec les autres disciples, il a reçu le don de l’Esprit Saint. L’annonce faite par Pierre est à la fois simple et radicale : « Ce même Jésus que vous avez crucifié, Dieu a fait de lui le Seigneur et le Christ. » Et à l’écoute de l’Apôtre, le peuple est bouleversé et se demande quoi faire… Alors Pierre les invite à la conversion, à changer leurs cœurs et leur façon de vivre, à prendre le chemin à la suite du Christ en recevant le baptême.
« Que devons-nous faire ? » : est-ce que cette question ne vaut pas aussi pour nous tous aujourd’hui ? Est-ce que cette question ne devrait pas habiter chacun de nos cœurs ? Dieu nous a aimé le premier, de toute éternité… comment répondons-nous à cet amour immense ?
Dans l’évangile, nous voyons Jésus en discussion avec un groupe de Pharisiens. Il raconte une histoire, une parabole, pour essayer de leur faire comprendre qui il est, et quel est le rapport qu’il entretien avec l’humanité. Jésus est le Bon Pasteur, et il est aussi la porte pour les brebis. Le Bon Pasteur connaît ses brebis, chacune particulièrement, il connaît chacune par son nom et il les appelle toutes personnellement. Puis il sort en marchant à leur tête pour les emmener vers de bons pâturages.
Visiblement, les Pharisiens ont du mal à comprendre l’image, ou bien ils ne veulent pas comprendre. Quel est donc le sens de cette parabole ? Quand Jésus parle de troupeau et de berger, quels sont les points sur lesquels il veut insister ?
Tout d’abord, sur l’attention particulière de Dieu pour chacune et chacun d’entre nous. Dieu ne nous aime pas “en bloc”, mais il nous connaît chacun par notre nom et il nous aime chacun individuellement et personnellement. Ensuite, le point essentiel de cette parabole, c’est bien la relation d’amour et de confiance absolus qui existe entre les brebis et le pasteur : si les brebis suivent le pasteur, c’est parce qu’elles lui font confiance.
Sans doute que quand nous lisons ce texte, nous nous plaçons spontanément du côté des brebis… mais n’oublions pas que par notre baptême nous sommes tous devenus prêtres, prophètes et rois : prêtres, car nous sommes appelés à prier pour nous et pour les autres, prophètes, car nous sommes appelés à annoncer la Bonne Nouvelle, rois, car nous sommes appelés à servir et à prendre soin de nos frères et sœurs. Ainsi nous sommes bien à la fois brebis et berger. Ou pour utiliser d’autres mots, et pour mieux comprendre, nous sommes à la fois disciples et apôtres.
Nous sommes disciples quand nous nous mettons à l’écoute, à l’école du Christ, quand nous cherchons à comprendre son message. Nous sommes apôtres quand nous essayons de partager au monde quelque chose de ce que nous avons découvert sur Dieu. C’est le jour de la Pentecôte que Pierre et les autres sont véritablement devenus des apôtres : après avoir suivi Jésus, ils ont pris la responsabilité de relayer au monde entier le message d’amour et de salut du Christ.
Il y a une multitude de façons d’être apôtres dans l’Église : ce sont toutes ces vocations diverses qui font la richesse de l’Église. Et quand certaines de ces vocations ne sont plus présentes, c’est la mission d’annonce de l’Évangile qui est fragilisée. Alors prions en ce dimanche, et aussi chaque jour, pour que toutes les vocations, celles du mariage, de la vie religieuse, du diaconat, de la prêtrise… soient toujours présentes dans l’Église, et pour que des jeunes ouvrent leur cœur aux appels de Dieu.
Amen.
David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr