"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 4 mai 2014

Homélie du 4 mai 2014 - 3ème dimanche de Pâques A

Église St Siméon – L’Huisserie – 3/05/2014 – 18h30
Église de l’Assomption – Ahuillé – 4/05/2014 – 10h30
3ème dimanche de Pâques A

(Textes : Ac 2,14.22b-33 – Ps 15 – 1P 1,17-21 – Lc 24,13-35)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs, comme avec les pèlerins d’Emmaüs, le Christ nous rejoint sur la route et nous partage sa Parole et son Pain. 

Homélie :

Frères et sœurs,

Nous savons bien, les uns et les autres, le besoin que nous avons de reparler des événements importants que nous vivons. Les deux disciples qui quittent Jérusalem sont encore bouleversés par les événements auxquels ils viennent d’assister. Sans doute entrés avec Jésus à Jérusalem, ils ont été les témoins impuissants de la mise à mort de celui qu’ils avaient suivit.

Et quand un étranger les rejoint sur le chemin, la conversation vient tout naturellement sur tous ces événements. Le Christ ressuscité les rejoints sur la route, et peu à peu il les aide à voir clair dans le plan de Dieu, en repartant des textes des prophètes et en leur brossant le tableau complet de la rédemption opérée par Lui. Et c’est ce que ne cesseront plus d’annoncer les disciples du Christ, comme nous voyons Pierre le faire dans la 1ère lecture. Mais cela ne suffit pas : c’est finalement dans le geste de la fraction du pain qu’ils le reconnaissent. C’est dans l’eucharistie que le Christ se donne le plus totalement à nous. Et en même temps, c’est à cet instant même qu’il disparaît… sans doute pour nous laisser prendre sa suite et devenir nous-mêmes apôtres.

Et qu’est-ce que le Christ nous demande d’annoncer ? Par son incarnation, par son enseignement, par ses actes, par sa mort et sa résurrection, le Christ s’est fait à la fois notre frère, notre guide et notre sauveur.
Par son incarnation, c’est Dieu lui-même, le créateur du monde, qui a pris chair en Marie pour vivre la plus grande solidarité possible, l’intimité la plus profonde avec l’humanité, en devenant l’un des nôtres. Et pendant 30 années, il a vécu comme l’un de nous, il a appris un métier aux côtés de Marie et de Joseph, la femme et l’homme à qui Dieu l’avait confié.

Par son enseignement, par ses actes, pendant sa vie publique, il s’est fait le témoin, l’interprète, le relais du Père pour nous apprendre comment Dieu nous appelle à vivre : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. »« C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que tous vous reconnaîtront comme mes disciples. », « Faites cela en mémoire de moi. »… Avec nous et au milieu de nous, le Christ a vécu, il a aimé, il a soigné, il a enseigné, il a pleuré, il a souffert, il est mort. En Christ, Dieu a vécu la condition humaine véritablement, de l’intérieur.

Par sa Passion et sa Résurrection, le Christ a définitivement vaincu la mort et le péché, en mourant lui-même par amour pour nous, en obéissance à son Père, pour racheter les péchés de l’humanité. Et cette Résurrection du Christ devient  signe d’espérance pour tous les hommes. A la suite du Christ nous sommes appelés à ressusciter et à vivre éternellement auprès du Père. Car voilà bien notre espérance, et voilà bien ce que nous sommes appelés à annoncer : après notre mort et un nécessaire temps de purification, nous pourrons entrer dans la pleine communion avec Dieu-Trinité. Enfin, nous pourrons contempler Dieu face à face et le connaître en vérité, totalement, tel qu’Il est. Là nous touchons aux limites de notre langage humain et de notre compréhension… 

Que sera cette vie éternelle auprès de Dieu ? Nul ne peut la décrire… Mais que cela ne nous empêche pas de tout faire pour que, dès aujourd’hui dans notre vie, nous cherchions à vivre le plus possible déjà en communion avec notre Dieu, le Dieu révélé par Jésus-Christ.

Car si le Fils de Dieu est venu vivre parmi nous sur cette terre, c’est pour nous permettre de vivre pour l’éternité avec la Trinité. Vivons et agissons toujours avec cette perspective dans le cœur.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr