"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

mercredi 19 mars 2014

Homélie du 9 mars 2014 - 1er dimanche de Carême A

Église St Siméon – L’Huisserie – 08/03/2014 – 18h30
1er dimanche de Carême A

(Textes : Gn 2,7-9 ; 3,1-7a – Ps 50 – Rm 5,12-19 – Mt 4,1-11)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs,

En ce premier dimanche de Carême, prenons ensemble, résolument, le chemin de la conversion de nos vies : laissons nos cœurs s’ouvrir à l’action de Dieu, laissons-nous aimés et transformés par Dieu, notre Père.

Homélie :

Frères et sœurs,

Depuis mercredi dernier, Mercredi des Cendres, nous sommes entrés avec toute l’Église dans la grande marche vers Pâque, les quarante jours du Carême. Comment vivre ce temps de conversion ?

Nous avons peut-être en tête une image du Carême : faire des efforts pour nous préparer à Pâque. Il y a quelque chose de cela, mais attention à l’esprit dans lequel nous faisons ces efforts. Il ne s’agit pas de faire des sacrifices pour faire plaisir à Dieu et nous concilier ses bonnes grâces. Dieu nous aime tous de façon absolue, et rien de ce que nous faisons ne peut changer cela. Dieu n’aime pas plus le chrétien que l’incroyant…

Il nous faut renverser cette perspective que nous avons peut-être : le Carême est un cadeau que nous fait le Seigneur. L’Église nous invite pendant ces jours à pratiquer avec plus d’insistance la prière, le jeûne et la charité… pour que nous prenions personnellement et communautairement un chemin qui nous rapproche de Dieu.

Le Carême est un temps de conversion, et c’est à une triple conversion que nous sommes appelés : une conversion intérieure, une conversion en actes, et une conversion dans ma relation à mes frères et sœurs. 

1. La conversion intérieure : par la prière, par le jeûne et l’abstinence, je me tourne vers Dieu et je refais de Lui le centre de ma vie. C’est là le sens profond du jeûne et de l’abstinence : ne pas manger, m’abstenir de fumer, de boire de l’alcool ou de regarder la télévision, cela me libère et m’aide à prendre conscience que je ne doit pas être attaché à toutes ses choses, mais à Dieu seul. Cela m’apprend également à combattre toutes ces dépendances qui entravent ma liberté.

2. La conversion en actes : car se retourner vers Dieu, prendre plus profondément conscience de l’importance de la place de Dieu dans notre vie, cela ne peut pas ne pas changer notre façon de vivre. C’est pourquoi aussi le Carême est un temps de partage et de charité, d’aumône, comme on disait avant. Car se rapprocher de Dieu, cela veut aussi dire regarder les autres avec les yeux de Dieu et voir toutes leurs détresses. Bien sûr, nos vies ne sont pas exempt de difficultés… mais cela ne doit pas nous empêcher d’ouvrir les yeux avec compassion sur nos frères et sœurs en humanité qui vivent dans la souffrance. Le C.C.F.D. , par exemple, nous invite ainsi comme chaque année à faire pendant ce temps du Carême un don pour agir ensemble contre la faim, la misère et l’injustice… Saurons-nous ouvrir nos cœurs et concrètement nos portefeuilles, pour aider, via le C.C.F.D. ou par un autre moyen, nos frères dans la difficulté ?

3. La conversion dans ma relation à mes frères et sœurs : car si notre Carême nous amène à un plus grand amour de Dieu, comment ne pourrait-il pas nous amener à un plus grand amour de nos frères. En nous rapprochant de Dieu, nous apprenons à aimer nos frères et sœurs de l’amour même de Dieu. Cela est vrai pour l’action caritative dont je viens de parler, mais cela est aussi vrai dans notre vie avec nos proches, notre famille, nos amis, nos voisins, nos collègues de travail. Que ce serait beau si votre entourage pouvait sentir à votre façon de vivre avec eux que vous êtes en train de vivre un temps fort de votre vie et de votre foi…

Si ce temps de Carême est un temps où nous essayons de vivre cette triple conversion, alors nous serons pleinement prêts à vivre la grande Semaine Sainte et la fête de Pâques. 

Ce Carême sera peut-être aussi un temps de lutte et de combat spirituel… mais alors regardons le Christ dans l’évangile d’aujourd’hui : il n’y a pas de croissance spirituelle qui aille sans tentations. Et si même le Christ a été tenté, pourquoi ne le serions-nous pas ? Alors comme le Christ, restons tournés vers le Père et nous trouverons dans l’Écriture l’appui et le soutien de notre marche.

Frères et sœurs, prions les uns pour les autres afin que nous vivions ce Carême comme un temps de conversion personnelle et communautaire. Bon Carême.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr