"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 26 août 2012

Homélie du 26 août 2012 - 21e dimanche du temps ordinaire B


Église St Siméon – L’Huisserie – 25/08/12 – 18h30
Église Ste Marie-Madeleine – Forcé – 26/08/12 – 10h30
21e dimanche du temps ordinaire B

(Textes : Jos 24,1-2a.15-17.18b – Ps 33 – Ep 5,21-32 – Jn 6,60-69)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs,

L’évangile de ce jour nous redit quel respect total le Christ a pour la liberté de ses disciples : quand certains choisissent de le quitter, il ne les retient pas, même si son cœur saigne. À nous aussi il nous est demandé de choisir, librement, de suivre le Christ, lui qui a « les paroles de la vie éternelle ».

Homélie :

Frères et sœurs,

En ce dimanche nous poursuivons la lecture de l’évangile du pain de vie dans l’évangile selon saint Jean. 

Après s’être adressé aux foules, puis aux Juifs, nous voyons ici Jésus échanger avec ses disciples. Et le moins qu’on puisse dire c’est que cela ne se passe pas bien ! Alors que des foules se sont mises à suivre Jésus, son discours en fait fuir une partie importante. Quel échec, serions-nous tentés de penser… Mais ces gens qui tournent le dos à Jésus, à qui tournent-ils le dos ? 

C’est la logique du discours de Jésus dans laquelle ils ne parviennent pas à entrer. Ce que dit Jésus les choque car cela ne correspond sans doute pas à ce qu’ils pensaient du Christ. Et oui, le Christ ne se laisse pas enfermer dans les images que l’on a de lui, son message est toujours dérangeant. En l’occurrence, c’est à un attachement total à lui et à une fidélité à son enseignement que le Christ nous appelle. Il est le chemin vers le Père et c’est en nous attachant à sa Parole et à son exemple que nous pouvons aller vers le Royaume. 
Alors, le Christ ne retient pas ceux qui partent : il les laisse libres et peut-être reviendront-ils, après avoir méditée et comprise la parole de Jésus. Car nous ne sommes pas dispensés de penser et de réfléchir. L’adhésion au Christ n’est pas la suppression de la réflexion. Au contraire, il nous faut chercher à comprendre ce que le Christ a voulu nous dire, et comment ces enseignements peuvent être mis en œuvre aujourd’hui. Et face à ces départs, Jésus se tourne vers les Douze, le groupe des fidèles parmi les fidèles, en leur signifiant à eux aussi leur liberté. Mais tout comme le peuple d’Israël dans la première lecture, les Douze réaffirme leur foi : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

Un choix et une libre adhésion… c’est ce qui est à l’origine de toute relation d’amour, que ce soit avec Dieu ou dans un couple… Le passage de la lettre de Saint Paul aux Éphésiens que nous avons entendu tout à l’heure fait bien se parallèle entre la relation à Dieu et les relations humaines, et spécialement la relation conjugale. 

C’est un passage sans doute difficile car il utilise un mot que nous n’aimons pas et qui a une forte connotation négative dans notre langue : se soumettre. En invitant les chrétiens à être soumis les uns aux autres par respect pour le Christ, Paul ne réclame pas une attitude passive mais demande qu’à l’intérieur de la communauté chrétienne chacun tienne sa place en se référant à Jésus Christ. 

Mari et femme sont tous les deux soumis au Christ, comme chaque chrétien, et aussi l’un à l’autre. Ce n’est pas d’abord leur intérêt qu’ils cherchent, mais celui de leur conjoint. Paul rappelle le projet du Créateur : par amour, l’homme et la femme ne feront plus qu’un dans le mariage. Ne faire plus qu’un, par amour, en se donnant librement l’un à l’autre… C’est finalement dans l’amour du Christ pour son Église que ce projet de Dieu s’est le mieux réalisé. L’étroite union entre le Christ et l’Église devient comme la référence du mystère de l’amour, la référence du couple chrétien. Et le couple chrétien marié est aussi lui-même appelé à devenir dans le monde signe de l’amour du Christ pour son Église.

Pour terminer je vais vous relire une des prières du rituel du mariage qui nous redit bien cela :

Seigneur notre Dieu,
puisqu’en créant l’homme et la femme
tu as voulu qu’ils ne fassent plus qu’un,
attache l’un à l’autre par un amour sans partage
ceux qui vont maintenant se marier :
Donne-leur de s’aimer sans aucun égoïsme,
pour qu’ils soient au milieu de nous
un signe de ton amour.

Le Christ est pour nous le chemin de la vie et c’est en étant ses témoins nos attitudes de tous les jours, dans nos relations avec les autres, que nous rendrons grâce à Dieu.

Amen.

P. David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr