"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 18 mars 2012

Homélie du 18 mars - 4e dimanche de Carême B

Église St Siméon – L’Huisserie – 17/03/2012 – 18h30
4ème dimanche de Carême B

(Textes : 2Ch 36,14-16.19-23 – Ps 136(137) – Eph 2,4-10 – Jn 3,14-21)
N.B. : L'homélie de la messe de dimanche à Nuillé (sacrement des malades) n'est pas en ligne car elle n'a pas été rédigée.

Mot d’accueil :

Le temps du Carême est un temps où nous sommes invités à nous détacher de nos “idoles”, de tout ce qui dans notre vie fait obstacle à notre amour pour Dieu. Parfois, notre idole, c’est nous-mêmes et notre orgueil ! Mais Dieu ne se lasse jamais de nous attendre, Il est miséricordieux et plein d’amour. Alors, ne faisons pas attendre notre Dieu : tournons-nous résolument vers Lui, et rejetons loin derrière nous nos idoles et nos comportements mauvais.

Homélie :

Frères et sœurs,

Saint Paul nous le redit avec insistance dans le passage de l’épître aux Éphésiens que nous venons d’entendre : « C’est bien par grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. » 

Qu’est-ce que cela veut dire ? Eh bien, que l’humanité n’a rien fait pour mériter d’être sauvée ! Au contraire, Dieu a fait le choix de faire alliance avec un peuple en lui proposant la chose suivante : je t’offre un chemin de vie et de paix, si tu restes fidèle à mon alliance. Si tu te détournes de mon alliance, alors tu iras à ta perte, puisque tu prendras un chemin qui t’éloigneras de moi. L’Ancien Testament nous rapporte d’ailleurs à de nombreuses reprises les infidélités du peuple hébreu, en même temps que la grande patience de Dieu. Dans la première lecture, nous avons peut-être été dérangés par l’expression : « la colère de Dieu » ? Cela marque une étape de l’évolution de la théologie d’Israël : à cette époque, on pense que puisque Dieu est le seul Dieu, il est forcément actif derrière tous les événements qui arrivent. Plus tard, on découvrira que tous nos sentiments humains de colère et de vengeance sont totalement étrangers à Dieu, car en Lui il n’y a qu’une seule réalité : l’Amour.

Mais Dieu n’abandonne pas son peuple, et il le sauve par le biais d’un roi païen, le roi Cyrus, roi de Perse (l’Iran d’aujourd’hui) qui renvoie les déportés chez eux pour qu’ils reconstruisent le Temple de Jérusalem.

Ce qu’explique saint Paul, c’est que la venue du Christ dans notre monde, dans notre humanité, elle est le fruit d’une décision de Dieu, une décision toute d’amour et de pardon. L’humanité qui a accueillit le Seigneur n’était pas meilleure qu’une autre. Non, mais Dieu a choisi dans sa grande bonté de venir définitivement libérer l’humanité du péché. Ainsi, par son seul amour, Il nous a envoyé son Fils pour nous ouvrir ce chemin de foi et d’amour.

La mort du Christ sur la croix et sa résurrection sont la cause de la victoire définitive de la vie sur la mort : par le Christ, la mort et le péché sont définitivement vaincus. En Jésus Christ nous sommes recréés, créés à nouveau : c’est une humanité nouvelle qui apparaît, une humanité sauvée !

Alors qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui encore le péché soit présent dans notre monde, et y compris au milieu des chrétiens ? C’est que le salut apporté en Jésus-Christ ne s’impose pas à nous : c’est librement que nous sommes appelés à prendre le chemin du Christ. Si nous n’avons pas le désir d’entrer dans la communion avec Lui, alors nous resterons sur le bord du chemin. Car le Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie, telle est notre foi. 

« C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. » : la grâce de Dieu est là, devant nous, à porté de main. Dieu a fait tout ce qu’Il pouvait pour nous sauver ; son amour pour nous et son respect de notre liberté font qu’Il nous laisse faire le dernier pas sur le chemin vers Lui. Ce ne sont pas nos actes, nos prières ou nos sacrifices qui nous donnent la grâce de Dieu ou qui pourraient rapprocher Dieu de nous. Nos actes, nos prières ou nos sacrifices ne nous sauvent pas. Ce qu’ils peuvent faire, c’est orienter notre personne vers l’Amour, vers Dieu.

Alors, nous qui par le Christ sommes devenus des enfants de lumière, sortons des ténèbres, abandonnons ce qui dans nos vies nous tient éloignés du Seigneur. Demandons au Seigneur le pardon de nos fautes, attelons nous au chantier de notre conversion et devenons un peuple de saints en marche vers Dieu.

Amen.

David Journault †

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Mon père, je remercie Dieu de tout son amour et cette grâce. Je prie chaque jour qui passe pour tous les gens que j'aime et mes prières sont exaucées. Je ne me sens parfois hors de cette société. Car pour moi Dieu est tellement rempli d'amour que parfois lorsque les personnes s'exclament au nom de dieu et me disent mais de quelle religion es-tu ?
Je leur dis mais Dieu est pour tout le monde, que l'on soit chrétiens, juifs et musulmans ou mêmes d'autres religions. Je suis si triste lorsque des personnes se ferment alors que Dieu est une ouverture. Je l'aime profondément et je voudrais tellement aider Dieu mais je ne sais pas si ce que je fais est assez pour lui exprimer mon amour.

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr