"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

samedi 17 mars 2012

Homélie du 11 mars - 3e dimanche de Carême B

Église St Siméon – L’Huisserie – 10/03/2012 – 18h30
3ème dimanche de Carême B
Messe des Collégiens

(Textes : Ex 20,1-17 – Ps 18 – 1Co 1,22-25 – Jn 2,13-25)

Mot d’accueil :

La première lecture d’aujourd’hui nous fait réentendre les Dix Commandements que Dieu donne à son peuple au Sinaï, pour faire alliance avec Lui. 
Cette Loi, elle est aussi pour nous, et nous l’entendons en ayant en même temps au cœur l’enseignement du Christ. Acceptons de nous laisser bousculés par Jésus et mettons-nous à son école.

Homélie :

Frères et sœurs,

Dans notre chemin de Carême, l’Église nous invite à entendre les “Dix Paroles”  données par Dieu aux Hébreux sur le Sinaï. Ces paroles sont liées à l’événement de la sortie d’Égypte : Dieu vient de libérer son peuple et Il lui donne maintenant une sorte de “code de la route” pour qu’il reste fidèle à son alliance. C’est le nouveau cadre dans lequel Dieu veut poursuivre l’éducation de son peuple afin de le préparer à accueillir la venue du Messie. Et c’est le Christ qui viendra porter cette loi à sa perfection, en révélant à tous qu’au dessus des “Dix Paroles”, il en est une autre : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

De cette révélation de Jésus, les disciples essaieront de s’en faire les témoins. Dans sa première lettre aux Corinthiens, saint Paul pose bien le problème rencontré par ceux qui veulent expliquer leur foi à leurs contemporains : que ce soit avec les Juifs ou les Grecs, la vie, l’enseignement, la mort et la résurrection de Jésus provoquent difficilement à la foi.

Pour les Juifs comme pour les Grecs, le Christ ne correspond pas exactement à ce qu’ils attendaient… Il vient bousculer leurs réflexions et leurs croyances, et Il ne rentre pas tout à fait dans les “cases” prédéfinies !

Alors nous qui parfois avons du mal à expliquer notre foi, il nous faut nous rendre à cette évidence : la foi ne peut se démontrer. Être témoins, c’est provoquer à la foi, c’est avoir une vie qui invite les autres à se poser des questions. Si notre façon de vivre est “appelante”, “interpellante”, alors la foi pourra naître et nous pourrons accompagner ces démarches de foi.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’évangile nous donne à voir une attitude très “interpellante” de Jésus ! Il arrive dans le Temple, peut de temps après le miracle des noces de Cana, et il ne peut supporter ce qu’il voit. Je vais me permettre un rapprochement : vous qui connaissez peut-être Lourdes, vous n’avez pas pu passer à côté de tous les magasins de souvenirs… imaginez que tous ces magasins soient installés à l’intérieur même des sanctuaires, près de la grotte ou des piscines… ! Au Temple, ce doit être ça le problème ! 

Car enfin, la Loi prescrit des sacrifices, il faut donc bien trouver les animaux pour les sacrifices. L’argent romain ou étranger que les pèlerins ont dans les poches est interdit dans le Temple : il faut bien le changer, pour ensuite pouvoir faire son offrande au Temple. Ce qui met Jésus en colère, c’est le mélange des genres : « Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » La destination première du Temple est presque dévoyée et de maison de prière elle est devenue maison de trafic.

Puis Jésus fait le lien entre le Temple et son Corps. Avec Lui, il ne sera plus besoin de Temple : en Lui-même sera célébré sur la Croix une fois pour toutes le sacrifice parfait qui sauvera le monde, sacrifice rendu à nouveau présent dans chacune de nos eucharisties, et qui fait de nous le Corps mystique du Christ. Ainsi, il y a une sorte de glissement : on passe du Temple de Jérusalem, au Corps mort et ressuscité du Christ, pour aboutir au Corps du Christ ici et maintenant qui est l’Église. Nous sommes le Corps du Christ, et alors cette interpellation de Jésus dans le Temple s’adresse aussi à nous : ne faisons pas de nos personnes des maisons de trafic ! Que nos vies, dans toutes leurs dimensions, soient à la hauteur de notre immense dignité : celle de Corps du Christ et de Temple de l’Esprit.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr