"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

samedi 31 décembre 2011

Homélie du 4 décembre - 2ème dimanche de l'Avent B

Église St Siméon – L’Huisserie – 3/12/11 – 18h30
Église St Georges – Montigné – 4/12/11 – 10h30
2ème dimanche de l’Avent B – Messe des familles

(Textes : Is 40,1-5.9-11 – Ps 84 – 2P 3,8-14 – Mc 1,1-8)

Mot d’accueil :

Dans notre chemin de l’Avent, nous rencontrons aujourd’hui le visage de Jean-Baptiste. « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. », tel est son crie… saurons-nous l’entendre ?

Homélie :

Frères et sœurs,

Jean-Baptiste nous appelle à préparer le chemin du Seigneur, à aplanir la route : c’est de notre cœur, c’est de notre vie qu’il parle. Qu’est-ce qui dans notre cœur fait obstacle à la venue du Seigneur ? Comme le dit St Pierre dans le passage de sa lettre que nous avons entendu tout à l’heure, le Seigneur patiente pour nous laisser le temps de nous convertir… mais un jour, Il reviendra, et dans quel état trouvera-t-il nos cœurs et nos vies ?

Dans notre série de messe des familles, nous prenons le temps d’expliquer petit à petit les différentes parties de la messe : aujourd’hui, nous nous arrêtons sur le moment central de la messe qui est l’eucharistie.
Après les lectures et l’homélie, quand le prêtre ou le diacre explique le sens des lectures, tous les chrétiens redisent ensemble ce en quoi ils croient avec la prière du “Je crois en Dieu”. Il y a deux textes possibles, qui sont tous les deux très anciens, et qui ont été rédigés par nos aînés dans la foi, dès les 1ers siècles.

Ensuite, on prend le temps d’exprimer quelques prières communes, avec un refrain entre chaque intention, c’est la prière universelle. Nous avons tous des intentions particulières dans nos cœurs, mais à ce moment-là, nous prions tous ensemble pour les mêmes raisons, pour demander la même chose.

Préparation des dons
On fait ensuite une procession des offrandes, c’est-à-dire que des chrétiens viennent apporter au prêtre le pain et le vin qui vont servir à l’eucharistie. On peut aussi apporter d’autres objets qui représentent nos vies, pour une messe particulière par exemple. C’est aussi le moment de la quête : en donnant de l’argent, les chrétiens montrent qu’ils participent à la vie de l’Église. Autrefois, les chrétiens apportaient le pain et le vin de leur maison, et ils apportaient aussi souvent de la nourriture pour donner aux plus pauvres. Aujourd’hui, on remplace cela par la quête.

Prière sur les offrandes
Tous ces dons représentent nos vies, et en apportant le pain et le vin, en donnant à la quête, nous montrons que nous sommes liés à ce qui va être célébré. Le prêtre présente ensuite le pain et le vin à Dieu en les élevant et en disant une prière. Après avoir présenté les offrandes, le prêtre lave rapidement ses mains : en se lavant les mains, il dit une petite prière pour demander pardon à Dieu pour le mal, pour les péchés qu’il a pu faire, pour que son cœur soit bien prêt à célébrer l’eucharistie. Il termine enfin la présentation par une prière sur les offrandes qui change chaque dimanche.

Prière eucharistique
Après cela, on commence la prière eucharistique. “Eucharistie” veut dire “dire merci” : toute cette longue prière est une façon de remercier Dieu. Dans la prière, c’est surtout le prêtre qui parle, mais il parle au nom de toute l’assemblée, de toute l’Église. Dans cette prière, le prêtre s’adresse à Dieu le Père et il le remercie pour tout ce qu’il a fait et pour nous avoir envoyé Jésus, son Fils, pour nous enseigner et pour nous sauver.

La prière eucharistique est assez compliquée, car elle rassemble en une seule prière beaucoup de chose : elle est comme un résumé de la foi des chrétiens. Au centre de cette prière, le prêtre redit les paroles de Jésus à son dernier repas : prenez, mangez, ceci est mon corps ; prenez, buvez, ceci est mon sang. Dans cette prière, on se souvient à la fois du dernier repas de Jésus, de sa mort sur la croix et de sa résurrection. Nous redisons aussi que nous attendons que Jésus revienne dans notre monde, quand le temps sera venu.

Quand le prêtre refait les gestes et redit les paroles de Jésus, Dieu agit réellement : le pain et le vin, même s’ils ne changent pas d’apparence, deviennent le corps et le sang du Christ. Comme nous avons besoin de nourriture pour que notre corps soit vivant, le corps et le sang du Christ sont la nourriture qui permet à l’Église, qui est le Corps du Christ, de vivre. Ainsi, il n’est pas possible de rester véritablement chrétien si on ne reçoit pas régulièrement le corps du Christ.

Dans la prière eucharistique, nous sommes tous et toutes concernés : c’est en notre nom à tous que le prêtre dit et fait ces gestes, et à plusieurs reprises, toute l’assemblée doit répondre au prêtre pour bien montrer qu’elle est d’accord avec ce qui se passe. A un moment, on pense particulièrement aux personnes qui sont mortes : elles ne sont plus là auprès de nous, mais nous croyons qu’elles vivent autrement, auprès de Dieu, et nous pensons aussi à elles.

Communion
Après cela, tous les chrétiens qui sont assez grand et qui se sentent prêt à communier peuvent venir en procession recevoir le pain consacré, corps du Christ. A certaines messes particulières, les chrétiens peuvent aussi parfois communier en buvant le vin consacré, sang du Christ.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr