"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

mardi 8 novembre 2011

Homélie du 6 novembre - 32e dimanche du temps ordinaire A


Église St Siméon – L’Huisserie – 5/11/2011 – 18h30
Messe CEJ
Église de l’Assomption – Ahuillé – 6/11/2011 – 10h30
32e dimanche du Temps ordinaire A

(Textes : Sg 6,12-16 – Ps 62 – 1Th 4,13-18 – Mt 25,1-13)

(Illustrations : Les jeunes filles sages et les jeunes filles insensées, "Dimanche en images")


Mot d’accueil :

Sagesse, prévoyance, fidélité, préparation… voilà quelques thèmes que les lectures de ce jour nous invitent à méditer… avons-nous le désir de maintenir la lampe de notre foi allumée et de tout faire pour cela ?

Homélie :

Dix jeunes filles qui attendent l’époux qui tarde à venir… quand sera-t-il là ? Personne ne le sait, et l’attente est une épreuve pour les jeunes filles qui forment le cortège… Dans cette situation, certaines se montrent vigilantes et prévoyantes, en ayant apporté des réserves d’huile suffisantes. Ainsi, non seulement elles ont le désir d’être fidèles, mais elles en prennent les moyens.

Ailleurs, le Seigneur Jésus a dit : « Il ne suffit pas de dire Seigneur, Seigneur […] mais il faut faire la volonté de mon Père. » Cette parabole est un appel de Jésus pour nous faire grandir dans la communion avec Lui, comme toute parabole. Et ici nous sommes sans doute invités à réfléchir à notre attitude en ce monde sous deux angles : 1. suis-je fidèle au Christ dans ma façon de vivre, et 2. est-ce que je prends soin de fournir du “carburant” à la lampe de ma foi ?

1. Suis-je fidèle au Christ ? Importante question, qui doit être la question de fond de nos existences. Quel est l’état de notre cœur ? Si je devais rencontrer le Christ aujourd’hui, comment est-ce que je me présenterai devant Lui ? Toute notre vie est appelée à être une vie de conversion, c’est-à-dire de patiente recherche pour toujours faire le mieux possible la volonté de Dieu dans tous les espaces de ma vie. Bien entendu, il nous arrive de chuter et nous pouvons compter sur la miséricorde de Dieu pour nous pardonner (à condition que nous le demandions). 

Mais il ne faudrait pas glisser tout doucement vers la négligence et la tiédeur : l’amour de Dieu et sa miséricorde ne sont pas un appel à la mollesse et au “n’importe quoi” ! Ils sont un appel constant à la sainteté qui doit être le grand œuvre de nos vies ! Car pour les jeunes filles insensées qui se sont montrées infidèles à la mission reçues, la parole de l’époux est sévère : « Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas. » Oui, cette parole est sévère, car elle constate qu’il n’y a pas de communion entre le l’époux et les jeunes filles insensées… N’est-ce pas le simple constat du fait que les jeunes filles insensées ont déserté, et qu’elles n’étaient pas là où elles auraient due être ?

On peut être surpris que les jeunes filles sages ne veuillent pas donner de l’huile à leurs compagnes, mais cette parabole n’est pas une parabole sur le partage. Le fait est que si elles refusent de partager leur huile, ce n’est pas par égoïsme, mais par réalisme. Veiller sur la lampe de son cœur est une responsabilité personnelle : la fidélité ne se délègue pas, la vigilance ne se sous-traite pas !

Là encore, dans cette parabole, le Christ nous appelle à la vigilance et à ne pas reporter à demain ce que nous pouvons faire pour avancer sur notre chemin de sainteté, car la rencontre avec notre Seigneur peut intervenir n’importe quand. C’est dès maintenant qu’il me faut m’appliquer à aider les autres, c’est dès maintenant que je dois chasser de ma vie toutes ces petites trahisons par rapport à ce que Dieu me demande, c’est dès maintenant que je dois accorder ce pardon si difficile et me réconcilier avec un tel ou un tel, c’est dès maintenant que je dois approfondir ma connaissance et ma fréquentation de la Parole de Dieu, c’est dès maintenant que je dois vivre fidèlement les sacrements de l’Église, en particulier l’eucharistie et la réconciliation… 

Car avec tout cela, 2. j’apporte du carburant à la lampe de ma foi ! Oui, c’est ainsi que je peux montrer à Dieu ma fidélité et rester à mon poste de veilleur au milieu de l’humanité. Maintenir ma lampe allumée, c’est une responsabilité personnelle, et personne ne peut le faire à ma place ; c’est mon attitude personnelle dans cette vie qui témoigne de mon attachement au Christ et qui feront que je pourrai rentrer avec l’époux dans la salle des noces. Mais même si cela est personnel, nous pouvons nous entraider les uns les autres à tenir nos lampes allumées, ou à ranimer la flamme qui semble trembler sous le vent. Nous pouvons même nous entraider pour rallumer la flamme éteinte : la chaleur et la richesse de notre vie communautaire peuvent permettre cela.

Dans le rituel du baptême des adultes, le geste de la lumière est accompagné de cette parole :
Vous êtes devenu lumière dans le Christ : marchez toujours comme un enfant de lumière ; demeurez fidèle à la foi de votre baptême. Alors, quand le Seigneur viendra, vous pourrez aller à sa rencontre dans son Royaume avec tous les saints du ciel.

Avec la force de l’Esprit Saint, marchons sur les chemins de nos vies en cultivant cette fidélité à la foi de notre baptême et en gardant notre lampe allumée. 

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr