"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

mardi 26 juillet 2011

Homélie du 24 juillet - 17e dimanche du temps ordinaire A

Église St Siméon – L’Huisserie – 23/07/11 – 18h30
Église St Pierre – Parné S/ Roc – 24/07/11 – 10h30
17e dimanche du Temps ordinaire A

(Textes : 1R 3,5-12 – Ps 118 – Rm 8,28-30 – Mt 13,44-52)

(Illustration : Basilique St Clément, Rome : cliquer sur l'image pour l'apprécier en grand)

Mot d’accueil :
Frères et sœurs,
Les paraboles que nous entendrons tout à l’heure nous invitent à ne pas rester immobiles, mais à vraiment nous engager pour la construction du Royaume.

Homélie :
Frères et sœurs,
Nous poursuivons ce dimanche la lecture des différentes paraboles dans l’évangile selon saint Matthieu. Comme toujours avec les paraboles, il faut s’attacher au cœur de ce que Jésus veut nous dire.
Ici, Jésus annonce l’arrivée imminente du règne de Dieu… et cela nous invite à nous décider : que faire ? On peut faire le gros dos, attendre, par prudence, pour voir, regarder faire les autres… La parabole du trésor et celle de la perle veulent répondre à ces hésitations des hommes.
Celui qui a découvert le trésor ou celui qui a trouvé la perle n’hésitent pas devant la conduite à mener : ils mobilisent toutes leurs forces, et leur argent, pour acquérir le terrain et la perle sans prix qu’ils ont découverts.
Sans doute que Jésus veut nous faire comprendre que l’engagement pour le Royaume de Dieu doit être aussi déterminé. Quel est notre trésor ? Qu’est-ce que nous avons trouvé qui mérite de nous engager de cette façon, si ce n’est la découverte, jour après jour, de l’amour et de la tendresse de Dieu pour chaque créature ? Si nous sommes vraiment convaincus que Dieu est amour et qu’Il nous appelle à vivre de cet amour pour le rayonner autour de nous, alors il nous faut prendre notre part dans l’annonce et dans le témoignage.
N’oublions jamais que par notre baptême, nous sommes véritablement membres du Corps du Christ, prêtres, prophètes et rois. Par le baptême, nous avons reçu en nous la grâce de Dieu pour bien mener nos existences.
Par le baptême, nous sommes prêtres : certains le deviennent de manière particulière en recevant l’ordination sacerdotale, mais cette dimension doit être présente dans la vie de chaque chrétien. Prier, pour soi et pour les autres, et aider les autres à prier. Prier à la maison, personnellement, et venir fidèlement à l’eucharistie dominicale… S’engager, selon ses talents, dans une équipe liturgique, dans une équipe d’accompagnement du deuil, chanter, animer les messes, les mariages ou les sépultures,… Il y a de multiples façons d’accomplir sa vocation sacerdotale.
Par le baptême, nous sommes prophètes : nous sommes appelés à témoigner, par notre vie et par nos paroles. Le prophète, c’est aussi celui qui enseigne. Ainsi, nous sommes prophète quand nous cherchons véritablement à mettre nos actes en accord avec notre foi, y compris quand c’est difficile ou que cela peut nous mettre en situation délicate vis-à-vis des autres. Mais nous sommes également prophète quand nous prenons du temps pour transmettre la foi, que ce soit au sein de notre famille ou de notre paroisse. La catéchèse n’est pas une affaire de spécialistes : elle est de la responsabilité de toute la paroisse, vous comme moi. Et quand, par faute de bénévoles, nous ne pouvons plus offrir la catéchèse à certains enfants qui sont demandeurs, alors c’est qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas bien. Je me permets de signaler que pour la rentrer prochaine, nous avons besoin de nouveaux catéchistes, et que la relève doit être prise…
Par le baptême, nous sommes rois : le bon roi dans la Bible, c’est celui qui prend soin de ceux qui dépendent de lui. On retrouve ici la parabole du Bon Samaritain. C’est la dimension de la charité en actes, telle qu’elle est vécue dans une multitude d’associations, chrétiennes ou non, mais aussi dans nos actions personnelles.
Oui, être fils et filles de Dieu, c’est un cadeau, c’est un don, mais c’est aussi une mission. Nous avons toute notre vie terrestre pour devenir vraiment ce que nous sommes depuis notre baptême. Autrement dit, nous avons toute notre vie pour faire éclore les fruits de la grâce qui a été déposé en nous au jour de notre baptême. Cela ne peut pas se faire sans un véritable engagement de notre volonté.
A ceux qui sont dans le doute et l’hésitation, la parabole qui suit, celle du filet, rappelle que le jugement de Dieu saura faire le tri entre les méchants, les médiocres et ceux qui auront cherché la justice du Royaume. Qui a compris cela est prêt à faire face à toute éventualité, utilisant le neuf de l’Évangile et les richesses de l’Ancien Testament pour éclairer sa conscience et son engagement au service du règne de Dieu…
Amen.
David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr