"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 24 avril 2011

Homélie du 23 avril - Veillée pascale

Église St Siméon  – L’Huisserie
Samedi 23 avril 2011 – 21h00
Veillée pascale A


(Textes : Gn 1,1-2,2 – Ex 14,15-15,1 – Is 55,1-11 – Rm 6,3b-11 – Mt 28,1-10)

(Illustration : He Qui, Il est ressuscité)

Homélie :
 
« Soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. »
 
Frères et sœurs, cette parole que le messager de Dieu adresse aux femmes qui se sont rendues au tombeau nous font entrer de plain-pied dans la fête que nous célébrons cette nuit. Car si nous nous retrouvons ici, pendant cette longue liturgie, c’est pour faire mémoire de cet événement inouï de la résurrection du Christ qui est au fondement de notre foi. Nous vivons cette nuit le sommet de l’année liturgique et nous célébrons le cœur le plus fondamental de notre foi et de notre vie à la suite du Christ. Car comme le dit saint Paul dans la première épître aux Corinthiens : « Si le Christ n’est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi votre foi. »
 
Cet événement n’est pas isolé dans notre histoire : il est l’aboutissement, l’accomplissement d’un long chemin au cours duquel Dieu n’a jamais cessé de prendre soin de l’humanité. De ce long chemin, nous avons ce soir parcouru quelques étapes en écoutant ces passages du Livre de la Genèse, du Livre de l’Exode, du Livre d’Isaïe, de l’Épître aux Romains et de l’Évangile selon saint Matthieu. Ce sont trois étapes que notre Dieu a parcouru avec l’humanité : 1. la Création ; 2. la Première Alliance ; 3. la Nouvelle Alliance.
 
1. Commençons par le commencement : le récit de la Création issu du Livre de la Genèse. Comment entendre un tel récit à l’heure où la science vient nous démontrer que la naissance de l’univers et l’apparition de l’espèce humaine ne se sont sans doute pas passées de cette façon là ? Faut-il jeter à la poubelle ces récits bibliques inspirés par Dieu ? L’Église ne le croit pas, mais c’est à une lecture renouvelée et plus profonde que nous sommes invités. Il ne s’agit pas d’un exposé scientifique qui expliquerait le comment de la Création du monde, mais bien d’un exposé théologique et poétique qui nous parle de l’amour de Dieu pour le monde et de son projet pour la création et les créatures. Quand Dieu créé le monde, c’est pour le bien et il porte un regard d’amour sur cette création (« Et Dieu vit que cela était bon »). À son sommet il place l’humanité, l’homme et la femme qu’il fait à son image, homme et femme. Mais s’il met le monde sous la domination de l’humanité, c’est à une domination féconde, et donc responsable, qu’il l’invite. Dieu nous a confié le monde en gestion, non pour l’exploiter, mais pour en vivre en le faisant fructifier. Dieu ne livre pas l’homme à lui-même : il lui donne la liberté, et il lui propose de faire alliance avec Lui. Nous entrons dans le deuxième temps de l’histoire du Salut.
 
2. La première Alliance, avec le peuple d’Israël, est fondée sur le souvenir de l’acte fort du Seigneur qui sauve son peuple de l’esclavage. Chaque année, nos frères Juifs célèbrent cette événement : la sortie d’Égypte. C’est là qu’ils ont vu comment le Seigneur les a sauvé, les a libéré des mains de Pharaon, qui représente les forces du mal. Dieu sauve son peuple, et il lui donne une Loi. Là est la première Alliance : Dieu sauve ce peuple hébreu qui s’appliquera désormais à vivre uni à Lui par le respect de la Loi, de la Parole de Dieu. À cette première Alliance que Dieu noue avec un peuple particulier, succède la nouvelle Alliance en Jésus-Christ. C’est le troisième temps, c’est ce que nous célébrons cette nuit.
 
3. Par sa naissance, sa prédication, sa mort et sa résurrection, Jésus vient  renouveler l’Alliance qui existait entre Dieu et les hommes. En Jésus, le Fils de Dieu s’est fait homme et a donné sa vie par amour pour le salut de toute l’humanité. Et c’est ce “par amour” qui est important : ce qui compte, ce n’est pas le nombre de coups de fouet que Jésus a reçu, et ce n’est pas la souffrance qu’il a enduré. Ce qui est fondamental, c’est que cette flagellation et cette crucifixion, toute cette abominable souffrance, c’est par amour et dans l’amour pour son Père et le genre humain que le Christ les a vécus. Une fois pour toutes, le Christ a démontré dans sa chair que l’amour est plus fort que la haine, le péché et la mort. Et c’est pour cela qu’il sort vainqueur du tombeau. La mort n’a plus de prise sur Lui… et sur nous non plus ! Car cette victoire du Christ sur la mort, il nous propose de nous y associer. Par le baptême le Christ nous unis à lui et nous fait passer avec lui de la mort à la vie ; nous sommes avec lui vainqueurs de la mort et du péché, pour autant que nous restions unis à Lui. Par delà la mort et la résurrection, le Christ nous tend la main et nous appelle à le suivre sur le chemin de la vie nouvelle, dans l’amour et le service de Dieu et de nos frères et sœurs. Si nous prenons résolument ce chemin, avec amour et humilité, foi et espérance, qui pourrait nous séparer de l’amour de Dieu ? Rien ni personne.
 
Alors, frères et sœurs, en cette nuit où nous commémorons notre Salut, prenons résolument le chemin de la vie dans le Christ : délaissons le vieil homme et revêtons notre habit de baptisé, revêtons l’homme nouveau.
 
Amen.
 
David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr