"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

samedi 23 avril 2011

Homélie du 22 avril - Vendredi Saint

Église St Georges  – Montigné-le-Brillant
Vendredi 22 avril 2011 – 20h30
Vendredi Saint : La Passion du Seigneur

(Textes : Is 52,13-53-12 – Ps 30 – Hb 4,14-16 ; 5,7-9 – Jn 18,1-19,42)

(Illustration : Rubens, Descente de la croix)

Homélie :
Jésus est mort, son corps meurtri et supplicié repose dans la solitude du tombeau… quel échec, aux yeux des observateurs ! Voilà où ses paroles et ses actes l’on conduit !
Mais cette croix, l’infâme instrument du supplice, de la mise à mort, elle va devenir le signe même de la victoire définitive du Christ sur la mort. Ce bois de la croix dont Il est chargé, Il va en faire “le sceptre de sa force”, le signe éclatant de la venue de son règne : suspendu sur la croix, Il règne pour toujours.
Pourquoi ? Parce que la croix, en lien avec le dernier repas et avec la résurrection, est l’accomplissement du chemin suivi par Jésus, dans l’amour et la fidélité totale au Père.
Comme nous le dit l’institution de l’eucharistie, en donnant sa vie sur la croix, le Christ se donne à nous, pour nous permettre d’être en communion avec lui. Ce don de lui-même, ce don de communion, c’est le don de la vie plus forte que la mort : en allant librement au supplice, le Christ sort vainqueur de la mort.
Dans sa Passion, le Christ se fait solidaire de l’humanité souffrante, comme Il l’a fait depuis son incarnation et sa naissance. En naissant, petit enfant à Noël, le Fils de Dieu se fait l’un de nous… et s’est également dans la souffrance qu’Il communie en profondeur à ce qu’est l’humanité : “De la crèche au crucifiement, Dieu nous livre un profond mystère, de la crèche au crucifiement, Il nous aime inlassablement.”
Par sa Passion, le Christ nous rejoint dans ce que nos vies ont de plus difficile, de plus noires. Il ne vient pas supprimer la souffrance, ni même l’expliquer : Il vient l’habiter de sa présence. Ainsi, toute souffrance peut alors être vécue, affrontée, assumée, en communion avec le Christ en croix.
Suivons le Christ dans sa Passion, Lui qui prend sur son dos le poids de nos péchés pour nous en libérer. Entrons dans la nuit et le silence du tombeau. Avec Marie, veillons auprès du corps de notre Seigneur.
Amen.
David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr