Une prière pour les curés et les prêtres

Voilà une prière qui m'a été donnée lors de notre dernière session de formation des jeunes prêtres de la Province de Rennes. Dans son vocabulaire, elle date peut-être un peu, mais je la trouve intéressante. Au passage, j'en profite pour rappeler que "curé" et "prêtre" ne sont pas équivalent : tous les curés sont prêtres, mais tous les prêtres ne sont pas curés. Un curé est un prêtre qui est responsable d'une paroisse.

Je vous livre cette prière... à vous d'en faire bon usage !

PRIÈRE POUR LES PRÊTRES

Tout d’abord, Seigneur, nous te remercions de ce que des hommes aient accepté de devenir nos curés et nos vicaires.
Merci, Seigneur, pour les défauts de nos curés. Des gens parfaits supportent mal la faiblesse.
Des gens toujours en bonne santé méprisent les petites natures.

Et maintenant; Seigneur, nous te prions pour le ministère de nos curés.
Fais que, s’ils réussissent, ils ne triomphent pas, et que, s’ils échouent, ils ne se découragent pas.
Ton règne n’est ni dans le succès ni dans l’échec, il est dans l’amour.
Garde nos curés dans l’amour.

Nos curés sont des phénomènes.
Ils doivent être des pédagogues pour les enfants,
des spécialistes des questions du foyer pour les jeunes ménages,
des spécialistes psychologues pour la jeunesse.
Ils doivent, aux réunions d’hommes, traiter du problème de l’Eglise en professeurs ;
aux réunions de dames, ils doivent discuter du dernier roman à la mode,
sous peine de passer pour de gros lourds ;
et avec les ouvriers, traiter du conflit « capital-travail » dans ses moindres détails.
Avec les non-catholiques, ils doivent être théologiens à la fois fermes et larges, et des historiens avisés. Avec la J.O.C..... Mais je n’en finirais pas !

J’oubliais qu’ils doivent répondre dans la rue à tous les saluts,
sans avoir cependant des yeux à facettes comme tout insecte qui se respecte.
J’oubliais que, s’ils nous reçoivent, ils doivent être souriants, même s’ils sont à moitié morts de fatigue.
J’oubliais aussi qu’ils doivent être, chaque dimanche, orateurs, chanteurs et parfois organistes, et qu’en semaine, il leur faut être électriciens, menuisiers, peintres, serruriers...

Seigneur, fais que ces « spécialistes universels », nous les jugions avec l’indulgence que requiert ce programme incohérent et inhumain.
Fais que nous comprenions que si, sur quatorze spécialités, notre prêtre en réussit la moitié ou le quart, nous en soyons satisfaits.

Seigneur, je veux aussi te demander la charité envers nos prêtres, en pensées et surtout en paroles.
Si mon curé fait des réunions féminines,
fais que je n’aille pas dire que la paroisse est gouvernée par le sexe qui passe pour faible.
Si mon curé réussit auprès des enfants, que je ne conclue pas qu’il a une religion de gosse.
Si mon curé est gros, que je ne pense pas qu’il ne se prive de rien ;
et s’il est maigre, qu’il se conduit mal, qu’il est rongé de remords ou se bat avec ses vicaires.

Donne-moi, Seigneur, de lui pardonner ses impatiences ou ses erreurs.
Que je comprenne bien que je n’ai qu’un curé à supporter, et que lui a tous ses paroissiens sur le dos.
Donne-moi enfin, Seigneur, de lui fournir de temps en temps, par ma délicatesse,
la consolation de sentir qu’il n’est pas entouré que de consommation, d’indifférence ou d’hostilité.
Enfin, Seigneur, donne-moi la persévérance dans ma prière pour les prêtres.
Ce sera, sans doute, le meilleur de tout.

Amen.

Commentaires

Articles les plus consultés