"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 11 octobre 2009

Homélie du 11 octobre - 28e dimanche du temps ordinaire B

Basilique Notre-Dame d’Avesnières – Laval – 9h30
Dimanche 11 octobre 2009
28e dimanche du temps ordinaire B


(Textes : Sg 7,7-11 – Ps 89 – He 4,12-13 – Mc 10,17-30)

(Illustration : Jésus et le jeune homme riche, vitrail de Otto Linnemann (1932), Église du Sacré-Cœur, Luxembourg.)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs,
Comme le jeune homme de l’Évangile, nous sommes tous à la recherche de la voie qui mène à la vie éternelle… Le Christ lui donne la réponse, mais le jeune homme reste prisonnier de ses biens matériels et il refuse de répondre à l’appel du Christ, à sa vocation. Comment nous laissons-nous interpellés par le Christ ?

Homélie :

Frères et sœurs,

Le passage de l’Évangile selon St Marc que nous venons d’entendre nous rapporte une des belles rencontres du Christ au cours de sa vie publique.

Ce jeune homme qui s’approche commence par se mettre à genoux devant Jésus, signe fort de respect et de vénération. Comme chacun de nous, il se demande se qu’il doit faire pour accéder à la vie éternelle… et la réponse de Jésus est claire : il cite l’Écriture, les commandements du Premier Testament. Ainsi, Jésus redit que la pratique fidèle de ces commandements peut ouvrir l’accès à la vie éternelle… Et face à la bonne volonté manifeste de ce jeune homme, Jésus lui propose de faire un pas de plus : va, vends, donne, viens, suis-moi…

Ainsi, à ce jeune homme qui a déjà une belle vie au regard de Dieu, fidèle non seulement à la lettre mais à l’esprit des commandements, Jésus ouvre l’accès à une vie encore plus proche de sa propre vie : une vie dans la simplicité, dans le dépouillement, une vie à sa suite sur les routes… Cet appel que Jésus adresse à ce jeune homme, cette “vocation”, car c’est bien là le sens du mot vocation, il vient résonner dans sa vie comme un appel à franchir une étape supplémentaire.

Ce qui est très fort, et d’ailleurs St Marc insiste sur ce point, c’est le regard de Jésus : « Posant alors son regard sur lui, Jésus se mit à l’aimer. » Ce jeune homme qui vient de lui dire qu’il respecte les commandements depuis sa jeunesse n’est pas un vantard ! Il dit vrai. Jésus réalise qu’il a devant lui quelqu’un qui pourrait se donner totalement dans un état de vie proche du sien et de celui de ses disciples. Et comme pour Pierre, André, Jacques, Jean, Matthieu… et les autres, Jésus lui adresse un appel radical à tout quitter pour le suivre. Et là où les pêcheurs ont abandonné barque et filet, là où le collecteur d’impôts à abandonné son comptoir… notre jeune homme riche repart tout triste vers ses richesses, ses grands biens qui ne lui servent à rien, sauf à le retenir à l’écart de l’appel du Christ…

Alors que Jésus a discerné dans le cœur de ce jeune homme la foi et les bonnes dispositions pour faire de lui l’un de ses disciples, ce sont ses biens, ses propriétés, son argent… qui le retiennent loin de Jésus. Ses biens ne lui appartiennent pas, d’une certaine façon : il est devenu l’esclave de ses biens.

« Comme il sera difficile à ceux qui possède des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! » Ce n’est pas une condamnation : c’est une mise en garde que nous adresse Jésus. Ne soyons pas comme le jeune homme riche, qui a laissé ses biens l’empêcher d’accomplir sa vocation ; ses biens matériels l’ont retenu à l’écart du Bien le plus grand : répondre à l’appel du Christ à le suivre.

La fin du passage de l’Évangile de ce jour nous invite à nous rappeler à qui s’adresse l’évangile selon St Marc. Marc fût probablement le secrétaire de Pierre : son évangile est en quelques sortes la mise par écrit de l’enseignement de Pierre et s’adresse aux chrétiens de Rome. Quand il écrit, ces chrétiens sont confrontés à de grandes difficultés : ils sont rejetés, parfois même exclus de leurs familles, menacés dans leur vie, ils doivent renoncer à leur héritage, ils perdent le soutien de leur réseau amical et familial… à cause de leur fidélité au Christ… Se souvenir de cet enseignement de Jésus leur apporte force et réconfort face aux épreuves et aux persécutions, eux qui sont amenés à vivre des ruptures radicales avec leur entourage et leur héritage pour suivre le Christ.

En ce jour le Pape Benoît XVI va nous donner cinq nouveaux saints comme modèles, dont Jeanne Jugan, fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres, qui furent présentent pendant 120 ans à Laval, et Damien de Veuster, prêtre de la Congrégation des Sacrés Cœur de Jésus et Marie, dite de Picpus, dont des Sœurs fondèrent ce qui est aujourd’hui le lycée Haute-Follis. Prions le Seigneur, par l’intercession de ses serviteurs Jeanne Jugan et Damien de Veuster, pour que les biens matériels ne soient jamais un obstacle entre Lui et nous.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr