"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

jeudi 21 mai 2009

Homélie du 21 mai - Solennité de l'Ascension du Seigneur B

Basilique Notre-Dame d’Avesnières – Laval – 10h00
Jeudi 21 mai 2009
Solennité de l’Ascension du Seigneur
Baptême de deux enfants en âge de scolarité
(Textes : Ac 1,1-11 – Ps 46 – Ep 4,1-13 – Mc 16,15-20)

(Illustration : "L'Ascension", par Giotto)

Mot d’accueil :

L’Ascension : aujourd’hui frères et sœurs nous faisons mémoire de ce jour où le Christ ressuscité, vrai Dieu et vrai homme, a disparu aux yeux des hommes pour reprendre sa place dans le sein de la Trinité… C’était pour les disciples la fin d’un âge, mais surtout, c’est le début d’une nouvelle façon pour le Christ d’être présent à l’humanité : son corps en notre monde maintenant, c’est l’Église, c’est nous.

Et ce corps du Christ va se trouver enrichi aujourd’hui par le baptême de deux enfants, C... et K... : par le baptême, ils vont devenir membres du Corps du Christ, et par la communion, ils vont pouvoir pleinement accueillir en eux le Christ.

Homélie :

Frères et sœurs,

Quand on lit ces récits de l’Ascension, on pourrait être tentés de faire le parallèle avec Noël. À Noël, le Fils de Dieu se fait chair en Marie, il descend dans notre humanité, il se fait l’un de nous… et à l’Ascension, c’est fini : Jésus a terminé son passage sur cette terre, il est mort et ressuscité, il a dit et fait tout ce qu’il avait à dire et à faire… et il repart. L’Ascension serait en quelque sorte le point final des Évangiles…

Sauf que cette Ascension de Jésus, elle n’est pas un abandon, elle est un changement de la façon dont Dieu veut être présent au milieu de nous. Tout d’abord, ne nous attachons pas trop aux descriptions de l’événement… où est parti Jésus, nous ne pouvons le savoir… le ciel ? C’est surtout une image… En relisant ces textes, je pensais au récit de l’apparition de Marie à Pontmain : à la fin de l’apparition, il y a comme un voile qui recouvre progressivement Marie, et Marie disparaît aux yeux des enfants… Il s’agit de ces phases de transition entre notre monde, physique, et le monde de Dieu, de la vie auprès de Dieu, qui même s’il échappe à nos sens, n’en est pas moins réel.

Dieu Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, s’est révélé à nous, s’est donné à connaître aux hommes qu’Il avait créés, et Il ne cesse jamais de se donner à nous. Dans la Première Alliance, Il parlait aux hommes par les prophètes, et cette longue relation a préparé la venue en notre chair de Jésus Christ, Dieu, Fils de Dieu, Lumière née de la Lumière. Par ses actes et ses paroles, par sa mort et sa résurrection, le Christ a ouvert à l’humanité le chemin de l’union avec Dieu, le chemin de l’amour de Dieu par l’amour des frères : grâce au Christ nous avons la possibilité d’entrer en pleine communion avec Dieu en vivant notre vie comme une réponse à l’amour que Dieu a pour nous depuis toujours. Jésus nous a révélé qu’aimer Dieu et aimer nos frères, c’est un seul et même mouvement de l’âme et du cœur : c’est à la fois très beau et très exigeant !

Mais Jésus ne pouvait rester dans le monde pour toujours : cette présence physique de l’incarnation ne pouvait être qu’une étape. Jésus est remonté auprès du Père mais Il ne nous laisse pas seuls, puisqu’Il nous fait le don de son Esprit Saint. Les disciples, après l’Ascension, vivront la grande joie de la Pentecôte, où ils recevront la force de l’Esprit Saint, qui leur permettra à la fois de mieux comprendre l’enseignement du Christ et de s’en faire les témoins.
Jésus n’est plus physiquement dans le monde, et en même temps on pourrait dire qu’Il n’y a jamais été aussi présent, puisque l’Église, son corps, n’a jamais été aussi grande ! Jésus a comme échangé son corps physique d’homme pour un corps spirituel et mystique : son Église, vous et moi, tous les baptisés de la terre, passés, présents et à venir ! En nous donnant son Esprit, Il permet que « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d’eux. » Le Christ est là, au milieu de nous, en nous. Car s’Il est tout spécialement présent dans le pain et le vin consacrés, n’oublions pas qu’Il est présent aussi dans sa Parole, dans la communauté rassemblée, et par la personne du prêtre qui redit ses paroles.

Le Christ disparaît aux yeux des hommes, mais c’est pour mieux entrer dans leur cœur : à la Pentecôte, au baptême, à la confirmation, Il nous donne son Esprit pour être intimement unis à Lui. Ainsi nous sommes rendus capables, avec toute la force de notre liberté, de faire sa volonté : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. »
En aimant nos frères, en faisant le bien, en vivant dans l’amour, nous rendons le Christ présent physiquement dans le monde. Ne privons pas le monde de la présence agissante et aimante du Christ.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr