"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 13 mai 2012

Homélie du 13 mai 2012 - 6e dimanche de Pâques B

Église Saint-Étienne – Entrammes – 10h30
Dimanche 13 mai 2012
6e Dimanche de Pâques

(Textes : Ac 10,25-26.34-35.44-48 – Ps 97 – 1Jn 4,7-10 – Jn 15,9-17)

Mot d’accueil :

« Avec des cris de joie, répandez la nouvelle, portez-la jusqu’au bout du monde : le Seigneur a libéré son peuple ! »


Oui la Bonne Nouvelle est pour toute l’humanité : Dieu ne fait aucune différence de race, de pays, de classes sociales. Chacune et chacun, Il nous appelle par notre nom et en nous donnant son Fils, Dieu nous a montré jusqu’où va le véritable amour.

Homélie :

Frères et sœurs,

Nous poursuivons la lecture du chapitre 15 de l’évangile selon St Jean. Avec vous ce matin je voudrais m’arrêter sur quelques mots de ce passage de l’évangile : fidélité, demeurer, joie, serviteurs, amis, amour.

Fidélité : « Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; comme moi, j’ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. » Voilà l’attitude qui nous est demandée, celle de la fidélité. Être fidèle envers Dieu, c’est en quelques sortes n’avoir que Lui dans notre vie. Nous sommes infidèles au Seigneur quand nous nous faisons un autre dieu que lui, un dieu argent, un dieu consommation, un dieu réussite, un dieu travail… Garder fidèlement les commandements, c’est aussi chercher, encore et toujours à mieux les comprendre pour mieux les vivre. Être fidèle aux commandements, ce n’est pas les graver dans le marbre : c’est les graver dans nos cœurs, et en faire non pas une réalité figée, mais une réalité vivante et sans cesse renouvelée, en fonction des réalités de nos vies.

Demeurer : ce mot revient plusieurs fois, et il qualifie l’attitude du disciple et le fruit de son action et de sa vie. Demeurer, c’est en quelques sortes s’installer dans l’amour de Dieu, en faire sa demeure, son habitation ! Le Christ utilise ce terme pour montrer à quel point il nous appelle à une relation de proximité : Dieu veut venir habiter chez nous, en nous, pour que nous puissions demeurer, habiter en Lui.

Joie : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie » Voilà bien une parole qui fait plaisir à entendre, et qui en même temps peut nous interroger. Nous expérimentons qu’être chrétien, c’est parfois difficile, et qu’il serait peut-être plus simple de vivre en se laissant porter par le sens du courant, par la pensée unique, le consensus mou, de calquer ses convictions sur les sondages et de se dire, si tout le monde le pense, c’est que c’est bien, si c’est légal alors c’est que c’est bien… Mais être chrétien, ce n’est pas cela : c’est vouloir vivre en communion d’amour avec Dieu et les hommes, et c’est toujours évaluer la réalité au regard de cet amour et du respect dû à Dieu et à toute personne humaine. La joie dont nous parle Jésus, ce n’est pas le petit bonheur qu’on nous vend au détour d’une publicité pour une voiture ou pour un nouvel antiride ! La joie du Christ, c’est la seule joie qui vaille : c’est la joie profonde et sincère du disciple fidèle qui réalise pleinement ses potentialités, qui a découvert le trésor de l’amour de Dieu et qui veut mettre ses pas dans les pas du Christ.

Serviteur / ami : « je vous appelle mes amis, car ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Être serviteur, c’est très beau : ce mettre au service des autres, c’est un appel que Jésus nous adresse, notamment par le geste du lavement des pieds. Nous mettre au service les uns des autres, nous faire les serviteurs de la Parole de Dieu, nous faire les serviteurs de l’accès de nos contemporains à la Bonne Nouvelle… Ici, Jésus parle de sa relation entre les disciples : la séparation s’efface… nous ne sommes pas les serviteurs du Christ… nous sommes ses amis… et ensemble nous sommes au service des autres, pourrait-on dire. C’est cela que Jésus veut nous dire : nous ne sommes pas appelés à être des exécutants serviles. Nous sommes des amis du Seigneur, qui nous a tout révélé des intentions du Père. Le Christ nous a donné son Esprit Saint pour que nous puissions, par delà le temps et l’espace, intégrer le groupe des Apôtres et prendre notre part de la mission que le Seigneur nous confie, ici et maintenant.

Aimer : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. » Gardons-nous bien d’oublier la deuxième partie de cette phrase, le « comme je vous ai aimé », car c’est lui qui apporte toute la signification originale de cette parole de Jésus. Car le commandement de l’amour, ce n’est pas le Christ qui la révélé aux hommes : il était déjà présent dans la Premier Testament. Ce qui est nouveau, c’est ce « comme je vous ai aimé »… Est-ce que nous réalisons bien ce que cela a de fou ?! Le Christ, le Fils de Dieu venu en notre chair, mort en croix et ressuscité, nous appelle à aimer nos frères et sœurs en humanité de ce même amour qui l’a poussé, lui, à donner sa vie pour l’humanité. Oui, « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis »… Dieu nous a créés pour aimer, il est dans notre nature d’aimer… Aimer, c’est être en quelque sorte pleinement humain. Et en aimant comme Il l’a fait, le Christ s’est montré le plus parfait des êtres humains ! Comment est-ce que nous donnons nos vies ? Comment vivons-nous en demeurant dans l’amour de Dieu ? C’est questions devraient ouvrir un abîme en nos cœurs, et surtout, ne nous disons pas que nous avons une fois pour toute trouvé la bonne façon d’aimer et la bonne façon de servir le Seigneur. Ne tombons pas non plus dans l’angoisse ou la culpabilité. Simplement, jour après jour, cherchons toujours à témoigner de notre amour pour Dieu dans la prière, la méditation de la Parole de Dieu, et le service de nos frères. Comme les époux qui chaque jour se donnent des signes d’amour, que chaque jour nous cherchions à témoigner de l’amour de Dieu qui a été répandu en nos cœurs.

Amen.

David Journault †

1 commentaire:

flore a dit…

Ô le seigneur à fait des merveilles au plus des cieux et paix sur la terre... Il a envoyé parmi nous des fidèles pour eveillé en nous son amour, en vérité du Dieu vivant, il nous a tous bénis de nos pêchés, Gloire à Dieu, le tout puissant éternel en qui mon Amour est grand et éternel. Depuis lors qu'il m'a révélé son Coeur, je me suis sentie en lumière et en lui. De ce fait je remets en Dieu mon âme, mon esprit et tout mon amour....

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr