"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

jeudi 28 mai 2009

Un reportage au Séminaire inter-diocésain de Nantes

Les séminaristes qui se préparent à devenir prêtres pour le diocèse de Laval se forment au Séminaire St Jean de Nantes.
C'est un séminaire inter-diocésain qui accueille les jeunes en formation des diocèses des Pays-de-la-Loire ainsi que ceux de l'Océan Indien (Île Maurice, Île de la Réunion, Seychelles, Île Rodrigues). C'est dans cette maison que je me suis formé pendant 6 années.


Le dimanche 24 mai, France 3 Ouest a diffusé un reportage d'1/4 d'heure sur la vie au séminaire. Je vous invite à le visionner, c'est vraiment bien !


Vous pouvez visionner le reportage en cliquant ICI.

dimanche 24 mai 2009

Homélie du 24 mai - 7e dimanche de Pâques B

Cathédrale de la Trinité – Laval – 10h30
Église Notre-Dame des Cordeliers – Laval – 18h00
Dimanche 24 mai 2009
7e Dimanche de Pâques

(Textes : Ac 1,15-17.20a.20c-26 – Ps 102(103) – 1Jn 4,11-16 – Jn 17,11b-19)

(Illustration : Abbatiale de Paimpont, Autel contemporain)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs, au début de cette Eucharistie, nous avançons vers le Seigneur avec ce que nous sommes et avec ce que nous portons, nos vies, les visages croisés, rencontrés, nos joies, nos peines, nos projets et nos inquiétudes. Tout cela nous venons le déposer en Dieu pour puiser à la source de sa Parole et de son Pain.

Homélie :

Frères et sœurs,

Depuis plusieurs dimanches, nous lisons dans l’évangile selon St Jean ce long discours de Jésus que l’évangéliste place entre le départ de Judas, après le lavement des pieds, et le départ vers le jardin des oliviers. C’est en quelque sorte le long testament spirituel du Seigneur qui ici devient une prière adressée au Père.

Dans ce passage, Jésus nous donne des éléments pour comprendre ce que c’est qu’être son disciple. On peut y voir cinq caractéristiques du disciple de Jésus.

1. Tout d’abord, le disciple est celui qui est fidèle au nom du Père… Jésus nous a révélé que Dieu n’est pas un Dieu lointain : Dieu est un Père qui nous aime, et en Lui nous sommes fils, et donc frères et sœurs les uns des autres, frères et sœurs de Jésus Christ. C’est un appel incessant à l’unité de l’Église et à l’unité du genre humain.

2. Ensuite, les disciples sont ceux qui ont reçu un don, le don de la Parole de Dieu : « Je leur ai fait don de ta parole ». Ce don n’est pas un cadeau qui se garde pour soit, c’est un cadeau qui se partage, même s’il n’est pas bien reçu, et c’est la troisième caractéristique du disciple, son rapport au monde.

3. Oui, le disciple a un rapport tout à fait particulier avec le monde où il vit. Il vit dans un espace et dans un temps qu’il n’a pas vraiment choisi, et en même temps il a cette intime conviction qu’il appartient à une autre réalité qu’à ce monde-ci. « … ils ne sont pas du monde de même que moi je ne suis pas du monde ». Nous sommes dans le monde, nous vivons ici et maintenant, mais nous n’appartenons pas au monde : le monde actuel est le lieu incontournable où s’exerce la mission, mais notre origine véritable est ailleurs, elle est en Dieu. La naissance qui donne sens à notre vie, ce n’est pas d’abord la naissance charnelle, physique, c’est la naissance spirituelle, le baptême, qui a fait de nous des fils et des filles de Dieu. « Je ne te demande pas que tu les retires du monde, mais que tu les gardes du Mauvais. » Les disciples ne sont pas voués à sortir du monde, puisque c’est le lieu où ils sont appelés à témoigner, à transmettre la Bonne Nouvelle qu’ils ont reçu. La demande que Jésus adresse au Père ici rappelle la fin de la prière du “Notre Père” : « ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. »

4. Le rapport particulier des disciples au monde, et c’est la 4e caractéristique du disciple, il se vit sur le mode de la consécration. Oui, d’une certaine façon, tout baptisé est un consacré, c’est-à-dire quelqu’un qui a été mis à part pour le Seigneur. Et de quelle consécration est-il question ? « Ils ne sont pas du monde, comme je ne suis pas du monde. Consacre-les par la vérité : ta parole est vérité. » Nous avons été consacrés par la vérité, par la Parole de Dieu. Dans notre monde aujourd’hui, oser dire que je crois en la vérité de la foi catholique, ça peut presque passer pour de l’intégrisme ! On voudrait nous imposer la dictature du relativisme : tout se vaut, il n’y a pas de croyance meilleure qu’une autre, et vous savez, ma bonne dame, s’ils sont heureux comme ça… Il y a là une grande confusion : on a l’impression que pour respecter la liberté de l’autre, il faudrait renoncer à toute conviction personnelle… Dans ce cas là, il n’y a plus de dialogue ni d’échange… il y a l’établissement d’un consensus mou, généralement appuyé sur les sondages : si la majorité pense comme ça, elle a raison… Attention, pas toujours ! Si on avait fait un référendum, la peine de mort existerait toujours en France aujourd’hui ! Le disciple du Christ, c’est celui qui, appuyé fermement sur sa foi, sur le Christ qui est « Chemin, Vérité et Vie », essaye constamment d’ajuster sa vie, sa spiritualité et son engagement à la Parole de Dieu.

5. Enfin, et c’est la 5e caractéristique du disciple, le disciple est toujours en même temps apôtre, c’est-à-dire envoyé : « De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. » Le disciple offre au monde la possibilité d’accéder à cette foi dont il vit, dans le respect inconditionnel de la liberté, liberté qui est don de Dieu. Le disciple ne peut vivre en vase clos, refermé sur sa paroisse, son cercle familial ou amical, sa communauté d’appartenance immédiate. Il est envoyé par le Christ dans le monde, et c’est sa vocation de témoigner.

Et comme il paraît que l’art d’enseigner, c’est l’art de répéter, je vous redonne les 5 caractéristiques du disciple :
1. Être disciple, c’est être fidèle au nom du Père
2. Être disciple, c’est accueillir le don de la Parole de Dieu
3. Être disciple, c’est être dans le monde sans être du monde
4. Être disciple, c’est être consacré
5. Être disciple, c’est être envoyé dans le monde

Demandons au Seigneur d’ouvrir nos cœurs à son enseignement pour être, avec la décision de notre volonté et l’aide de sa grâce, ses authentiques disciples.

Amen.

David Journault †

jeudi 21 mai 2009

Homélie du 21 mai - Solennité de l'Ascension du Seigneur B

Basilique Notre-Dame d’Avesnières – Laval – 10h00
Jeudi 21 mai 2009
Solennité de l’Ascension du Seigneur
Baptême de deux enfants en âge de scolarité
(Textes : Ac 1,1-11 – Ps 46 – Ep 4,1-13 – Mc 16,15-20)

(Illustration : "L'Ascension", par Giotto)

Mot d’accueil :

L’Ascension : aujourd’hui frères et sœurs nous faisons mémoire de ce jour où le Christ ressuscité, vrai Dieu et vrai homme, a disparu aux yeux des hommes pour reprendre sa place dans le sein de la Trinité… C’était pour les disciples la fin d’un âge, mais surtout, c’est le début d’une nouvelle façon pour le Christ d’être présent à l’humanité : son corps en notre monde maintenant, c’est l’Église, c’est nous.

Et ce corps du Christ va se trouver enrichi aujourd’hui par le baptême de deux enfants, C... et K... : par le baptême, ils vont devenir membres du Corps du Christ, et par la communion, ils vont pouvoir pleinement accueillir en eux le Christ.

Homélie :

Frères et sœurs,

Quand on lit ces récits de l’Ascension, on pourrait être tentés de faire le parallèle avec Noël. À Noël, le Fils de Dieu se fait chair en Marie, il descend dans notre humanité, il se fait l’un de nous… et à l’Ascension, c’est fini : Jésus a terminé son passage sur cette terre, il est mort et ressuscité, il a dit et fait tout ce qu’il avait à dire et à faire… et il repart. L’Ascension serait en quelque sorte le point final des Évangiles…

Sauf que cette Ascension de Jésus, elle n’est pas un abandon, elle est un changement de la façon dont Dieu veut être présent au milieu de nous. Tout d’abord, ne nous attachons pas trop aux descriptions de l’événement… où est parti Jésus, nous ne pouvons le savoir… le ciel ? C’est surtout une image… En relisant ces textes, je pensais au récit de l’apparition de Marie à Pontmain : à la fin de l’apparition, il y a comme un voile qui recouvre progressivement Marie, et Marie disparaît aux yeux des enfants… Il s’agit de ces phases de transition entre notre monde, physique, et le monde de Dieu, de la vie auprès de Dieu, qui même s’il échappe à nos sens, n’en est pas moins réel.

Dieu Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, s’est révélé à nous, s’est donné à connaître aux hommes qu’Il avait créés, et Il ne cesse jamais de se donner à nous. Dans la Première Alliance, Il parlait aux hommes par les prophètes, et cette longue relation a préparé la venue en notre chair de Jésus Christ, Dieu, Fils de Dieu, Lumière née de la Lumière. Par ses actes et ses paroles, par sa mort et sa résurrection, le Christ a ouvert à l’humanité le chemin de l’union avec Dieu, le chemin de l’amour de Dieu par l’amour des frères : grâce au Christ nous avons la possibilité d’entrer en pleine communion avec Dieu en vivant notre vie comme une réponse à l’amour que Dieu a pour nous depuis toujours. Jésus nous a révélé qu’aimer Dieu et aimer nos frères, c’est un seul et même mouvement de l’âme et du cœur : c’est à la fois très beau et très exigeant !

Mais Jésus ne pouvait rester dans le monde pour toujours : cette présence physique de l’incarnation ne pouvait être qu’une étape. Jésus est remonté auprès du Père mais Il ne nous laisse pas seuls, puisqu’Il nous fait le don de son Esprit Saint. Les disciples, après l’Ascension, vivront la grande joie de la Pentecôte, où ils recevront la force de l’Esprit Saint, qui leur permettra à la fois de mieux comprendre l’enseignement du Christ et de s’en faire les témoins.
Jésus n’est plus physiquement dans le monde, et en même temps on pourrait dire qu’Il n’y a jamais été aussi présent, puisque l’Église, son corps, n’a jamais été aussi grande ! Jésus a comme échangé son corps physique d’homme pour un corps spirituel et mystique : son Église, vous et moi, tous les baptisés de la terre, passés, présents et à venir ! En nous donnant son Esprit, Il permet que « là où deux ou trois sont réunis en mon nom, Je suis au milieu d’eux. » Le Christ est là, au milieu de nous, en nous. Car s’Il est tout spécialement présent dans le pain et le vin consacrés, n’oublions pas qu’Il est présent aussi dans sa Parole, dans la communauté rassemblée, et par la personne du prêtre qui redit ses paroles.

Le Christ disparaît aux yeux des hommes, mais c’est pour mieux entrer dans leur cœur : à la Pentecôte, au baptême, à la confirmation, Il nous donne son Esprit pour être intimement unis à Lui. Ainsi nous sommes rendus capables, avec toute la force de notre liberté, de faire sa volonté : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. »
En aimant nos frères, en faisant le bien, en vivant dans l’amour, nous rendons le Christ présent physiquement dans le monde. Ne privons pas le monde de la présence agissante et aimante du Christ.

Amen.

David Journault †

mercredi 6 mai 2009

"Vers Dimanche"

Je vous invite à aller faire un tour à l'adresse suivante :

http://www.ndweb.org/versdimanche/index.html

C'est un service gratuit mis en place par la famille ignatienne en France (les Jésuites, les mouvements d'inspiration ignatienne...). Cela vous permet d'avoir pour chaque semaine une feuille recto-verso qui vous guide dans votre prière, à partir de l'évangile du dimanche suivant. Vous pouvez vous abonner gratuitement et chaque semaine, vous aurez la feuille dans votre boîte mail.
C'est génial et très simple.
Bonne lecture et bonne prière.

vendredi 1 mai 2009

Prier avec Ste Bernadette Soubirous


Je vous partage une prière trouvée à Lourdes il y a quelques semaines.

Bernadette, tu as longtemps cherché où le Seigneur t'appelait.
Tu as prié. Tu as écouté. Tu as fait confiance.
Tu étais sûre que le Seigneur t'éclairerait.
Tu t'es remise totalement entre les mains de Dieu.

A l'image de Marie qui t'avait prise pour confidente,
Bernadette,

inspire-moi ta confiance, ton ouverture et ta patience.

Seigneur, éclaire-moi sur ma route
et donne-moi la force de dire « oui »
quand j'entends tes appels.

Bernadette, tu désirais très fort l'Eucharistie.
Tu as tout fait pour communier, enfin, au Corps du Christ.
Tu aimais adorer le Saint-Sacrement,
pour unir ta vie à l'offrande de Jésus, le Sauveur.

A l'image de Marie, la Femme eucharistique.
Bernadette,
inspire-moi ta faim de l'Eucharistie,
elle est nourriture, présence et offrande d'amour.

Seigneur, tu nous as donné ton Fils, le Pain vivant et éternel.
Que son Eucharistie transforme ma vie
en une perpétuelle action de grâce.

Bernadette, tu as toujours aimé servir les autres.
Le 11 février, la Vierge t'est apparue
quand tu étais partie chercher du bois.
Chez les sœurs, tu as appris à soigner les malades
et les pensionnaires de l'hospice.
Plus tard, à Nevers, tu étais excellente infirmière,
animée d'une charité attentive et intelligente.

A l'image de Marie, qui a vu les besoins d'une famille, à Cana.
Bernadette,
inspire-moi ta générosité et ta foi
pour servir le Christ en ses membres souffrants.

Seigneur, tu nous as donné des frères et des sœurs à aimer.
Que mes yeux, mes bras et mon cœur soient ouverts
à tous ceux que tu mets sur ma route.

Bernadette, ta foi a grandi dans l'Église.
L'Église, ce fut ta famille, ta paroisse,
ta communauté religieuse.
Courageusement, tu es allée dire aux prêtres
d'organiser la procession et de bâtir une chapelle.
Une fois ta mission accomplie, tu es rentrée dans le silence et dans l'humilité.

A l'image de Marie, présente au jour de la Pentecôte,
et silencieuse jusqu'à son entrée dans le ciel,
Bernadette,
inspire-moi ton amour de l'Église :
que j'aie confiance en elle et que j'y apporte ma pierre.

Seigneur, tu donnes à chacun une place dans ton Église.
Fais-moi répondre à ma vocation avec la même simplicité
et la même générosité que Marie et Bernadette.

Amen!


www.lourdes-france.org

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr