"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

jeudi 26 mars 2009

Laissez-vous réconcilier...

Comme l'année dernière, les paroisses de Laval et des environs proposent une Journée du Pardon.

Le temps du Carême est un temps pour vivre la pénitence et la conversion, non pas dans un objectif de mortification, mais bien dans un objectif de croissance spirituelle et de retour vers Dieu, pour un plus grand bonheur.

L'année dernière, 800 personnes qui sont venues recevoir le Sacrement de la Réconciliation. Un monsieur nous avait même dit : "Vous avez réussi à faire de la confession une fête !"

Cette année encore, de nombreux prêtres sont mobilisés pour assurer une présence continue de 9h à 19h dans l'église St Vénérand, à Laval, rue du Pont de Mayenne.



La journée sera ponctuée de rendez-vous :

CONFESSION & RENCONTRE AVEC UN PRÊTRE
- de 9h à 19h sans interruption

PRÉPARATIONS COMMUNAUTAIRES ET CONFESSIONS INDIVIDUELLES
- 9h pour jeunes, adultes et familles
- 11h pour enfants
- 14h30 pour jeunes, adultes et familles
- 16h30 pour jeunes, adultes et familles

TEMPS DE PRIÈRE DE TAIZÉ
- 17h30-18h

ADORATION DU SAINT-SACREMENT
- de 9h à 19h30 sans interruption

PRIÈRE DES HEURES
- 8h30 Laudes
- 12h Milieu du jour & Angelus
- 19h Vêpres et bénédiction du Saint-Sacrement

CATÉCHÈSE (20 min) : "Faut-il encore se confesser ?"
- 10h
- 14h
- 15h30 (suivie d'un temps d'échange ouvert aux 15-18 ans et aux 18-30 ans, en deux groupes)

ESPACE ACCUEIL - ÉCOUTE
- toute la journée

mercredi 25 mars 2009

7000 lecteurs !!!

Comme vous pouvez le voir un peu plus bas à droite sur cette page, ce blog vient de passer la barre des 7 000 lecteurs, venus de 92 pays.
Un grand merci à tous. J'espère que ce blog vous aide à approfondir votre réflexion et votre foi.
Si vous avez des remarques, positives ou négatives, et/ou des encouragements, n'hésitez pas à laisser un commentaire.
Bonne lecture.
P. David Journault

mardi 24 mars 2009

Eglise et SIDA : Pour une humanisation de la sexualité


C'est sous ce titre que l'évêque de Laval, Mgr Thierry Scherrer, a fait paraître un communiqué sur ces questions. Rien à redire, sauf de vous inviter à le lire.

Vous pouvez être redirigés sur le site du Diocèse de Laval en cliquant ICI.

Vous pouvez ouvrir le communiqué en pdf en cliquant ICI.

Bonne journée.

P. David Journault

vendredi 20 mars 2009

Le Pape et le sida...

Les médias nous abreuvent depuis quelques jours sur le thème : le Pape se trompe encore quand il parle du SIDA...
Et généralement la citation qui est faite est la suivante : "on ne peut résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème". Et les médias de hurler que le Pape n'y comprends rien, voir même qu'il est criminel.
Sauf que... ce n'est pas tout à fait ce que le Pape a dit. Cette phrase a été tronquée et citée hors contexte.
Voilà la totalité de sa réponse à la question que lui a posé un journaliste dans l'avion :
Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Église catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Église catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Église, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.
(source : Zenit)
Ce qui est vrai, c'est que dans de nombreux pays, l'Église catholique est aux côtés des malades du SIDA et agit pour la prévention (j'en ai été personnellement le témoin au Cambodge, pendant ma coopération). Nombreuses sont les organisations catholiques qui distribuent des préservatifs, et cela sans aucune contradiction avec les propos du Pape : quand vous êtes une ONG qui œuvre sur le terrain, vous pouvez par conviction souhaiter que les personnes vivent l'abstinence ou la fidélité, et en même temps tout faire pour venir en aide à celles et ceux qui ne peuvent pas vivre cet idéal. C'est du simple bon sens !

L'autre problème, c'est que la plupart des commentateurs considèrent uniquement la sexualité du point de vue sanitaire. Et comme pour l'Église la sexualité est quelque chose d'infiniment plus grand et plus beau, ils ont du mal à comprendre. Nous ne sommes pas sur le même niveau de réflexion autour du sens de la sexualité et de sa place dans une vie humaine épanouie sous le regard de Dieu.

Et puis, n'oublions pas quatre choses :
  • Que le Saint Père s'adresse aux catholiques, en tant qu'il est leur pasteur, et c'est sa mission de fournir des points de repère ;
  • Le Concile Vatican II a rappelé que chaque personne est libre et qu'elle a à faire ses choix en conscience ; nous avons ainsi l'obligation morale d'éclairer notre conscience, en écoutant par exemple ce que nous dit le Magistère de l'Église (le Pape et les évêques), et ensuite d'agir, dans la situation concrète où nous nous trouvons, en accord avec notre conscience éclairée ;
  • Le principe de gradualité : en morale, il n'y a pas que le bien ou le mal... il y a une gradualité entre les deux, et nous devons essayer d'être sur un chemin de progrès moral. Si l'idéal est bien entendu la fidélité dans le mariage ou l'abstinence dans le célibat, si une personne a une vie sexuelle active en dehors de ces repères, eh bien, qu'elle n'y ajoute pas le crime ou l'inconscience : qu'elle se protège ! Peut-être qu'un jour, et je le souhaite, elle sera capable de vivre une sexualité raisonnée et responsable, à l'image de ce que l'Église propose.
  • Les malades du SIDA, quelque soit la façon dont ils ont contracté cette terrible maladie, sont des personnes qui souffrent, et en tant que chrétiens nous leur devons amitié, soutien et assistance. Le Christ est présent dans toute personne souffrante.
Bonne journée.
P. David Journault

France Inter... assez !

Bonjour,
Ce matin, j'ai allumé ma radio sur France Inter. Depuis 1990, c'est quasiment la seule radio que j'écoute... et j'aime bien !
Mais ce matin, j'ai encore dû subir la chronique de Philippe Val, le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo... C'était tellement insupportable que j'ai changé de station !
Et j'ai envoyé ce message à France Inter :

Bonjour,
J'ai commencé à écouter France Inter alors que j'étais au lycée, en 1990.
Mais ce matin, j'ai envie de cesser de vous être fidèle, après avoir une fois de plus été violemment agressé par Philippe Val. En tant que prêtre catholique, je passe mon temps et je dépense mon énergie pour venir en aide à mon prochain, et quasiment à chaque en vous écoutant je dois subir vos sarcasmes et votre haine contre ma foi et mon Eglise, ce matin encore avec une façon dégoutante de traiter de la grave question du viol et de l'avortement.
M. Val n'a qu'un but : détruire toutes les religions, et il ne s'en cache pas (cf ses prises de paroles au moment de l'affaire des caricatures de Mohammed). Mais pourquoi est-il soutenu, comme M. Onfray, par France Inter, radio de service public, qui fonctionne grâce à l'argent des Français, dont une part non négligeable est croyante ? J'avoue que ça me dépasse.
Cette situation est d'autant plus insupportable que parmi vos chroniqueur, il n'en est aucun qui prenne une position différente. Quand vous déciderez-vous, comme service public, à avoir une réelle pluralité à l'antenne ?
Je viens de régler ma radio sur Radio Classique... je ne sais pas si je reviendrais sur France Inter...
Au revoir.
P. David Journault
Si vous pensez la même chose, n'hésitez pas à le faire savoir à France Inter... on peut rêver : peut-être que cela changera quelque chose ?
Vous pouvez leur écrire en allant sur le lien suivant : http://www.radiofrance.fr/franceinter/chro/lhumeurdephilippeval/contact.php
Bonne journée.
P. David Journault

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr