"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

lundi 16 février 2009

Homélie du 15 février - 6e dimanche du temps ordinaire B

Cathédrale de la Trinité – Laval – 10h30
Église ND des Cordeliers – Laval – 18h00
Dimanche 15 février 2009
6e dimanche du temps ordinaire B

(Textes : Lv 13,1-2.45-46 – Ps 101 – 1Co 10,31-11,1 – Mc 1,40-45)

Mot d’accueil :

« Faites tout pour la gloire de Dieu », voilà ce à quoi nous invite St Paul dans la deuxième lecture d’aujourd’hui. Nous qui venons nous ressourcer, reprendre des forces en puisant à la Table de la Parole et à la Table de l’Eucharistie, que toute notre vie soit louange pour le Seigneur.

Homélie :

Frères et sœurs,

La rencontre de Jésus avec le lépreux est quelque chose d’inattendu, qui n’aurait jamais dû se faire. En effet, la lecture du Livre des Lévites nous a bien expliqué que les lépreux ne devaient pas entrer en contact avec les autres. Ces prescriptions sont liées à la fois à la nécessité de protéger la population d’une maladie extrêmement contagieuse et qu’on ne savait pas guérir, et à la fois à cette compréhension qu’avait les Juifs de l’époque que la maladie extérieure était le miroir d’une impureté intérieure.

En brisant cette frontière entre le pur et l’impur, le lépreux et le Christ nous montre que personne n’est exclu devant Dieu : l’amour de Dieu est pour tout homme, et personne n’a à se cacher devant la grâce de Dieu qui passe. L’amour de Dieu rend libre celles et ceux qui entrent en communion avec lui.

C’est aussi ce que St Paul veut nous dire dans le passage de la 1ère épître aux Corinthiens que nous lisons aujourd’hui. « Frères, tout ce que vous faites : manger, boire, ou n’importe quoi d’autre, faites-le pour la gloire de Dieu. » Je sais bien ce que cela peut avoir de paradoxal de parler de liberté, et en même temps de redire avec St Paul que ce sont toutes nos actions qui sont appelées à être pour la gloire de Dieu.

Peut-être faudrait-il d’abord nous entendre sur ce que c’est que la liberté chrétienne ? Nous en parlons souvent avec les couples qui se préparent au mariage, car la liberté est, avec la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité, l’un des quatre piliers du mariage chrétien. Nous leur disons ceci : “la liberté de l’homme, c’est de savoir ce qui est bien et de décider de le mettre en œuvre, c’est à ce moment-là qu’il s’engage”. Oui, la liberté authentique, ce n’est pas la liberté infantile ou adolescente qui dit : je fais ce que je veux quand je veux. La liberté authentique, c’est la liberté de mener sa vie dans le sens du bien, du bon, du vrai.

Car si Dieu nous a fait don de la liberté, c’est pour que nous l’utilisions à bon escient. Bien sûr, nous pouvons utiliser cette liberté pour faire le mal, mais alors, nous perdons notre liberté. Moi qui suis créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, je suis parfaitement moi-même et parfaitement libre quand je vis conformément à ma nature profonde, qui est d’être quelqu’un qui aime et fait le bien. Quand je tombe dans le péché, j’abîme en moi-même l’image de Dieu, et j’en suis défiguré : je deviens esclave du péché et du mal, et ma liberté est alors à reconquérir, avec l’aide de la grâce de Dieu.

Dans deux autres passages de cette 1ère lettre aux Corinthiens, Paul écrit : « Tout est permis, mais tout ne convient pas. » (1Co 6,12 ; 10,23). Pour lui qui est tellement imprégné de la culture et de la religion juive, qui croyait jusque là que pour être juste et pour être sauvé, il fallait parfaitement se tenir aux 613 commandements énumérés par les docteurs de la Loi, la rencontre du Christ ressuscité est une révolution. Ce n’est plus le respect scrupuleux de règles qui importe, mais l’esprit dans lequel nous vivons, esprit d’amour qui nous appelle à avoir une existence concrète fidèle au Seigneur.

Ici je citerai un passage de St Augustin, que le P. Perdrix a mis dans son éditorial du nouveau numéro de notre bulletin paroissial : « Aime et fait ce que tu veux. Si tu te tais, tais-toi par amour, si tu parles, parle par amour, si tu corriges, corrige par amour, si tu pardonnes, pardonne par amour. Aie au fond du cœur la racine de l’amour : de cette racine rien ne peut sortir de mauvais. »

Et St Paul nous donne des éléments de discernement pour nous aider à vivre dans cette liberté de l’amour. Il faut que nos actions ne soient un obstacle pour personne… c’est-à-dire que nous devons nous comporter de manière à ne pas choquer. Si nous sommes chrétiens, si nous sommes vus comme chrétiens, que notre façon de vivre soit au contraire un témoignage de ce que c’est qu’être chrétien, et de ce que cela fait concrètement dans ma vie d’être aimé de Dieu.

Le Christ est venu dans le monde pour nous apporter la délivrance du péché. Pour nous rendre libres, il est mort sur la croix. Que nous ne soyons pas des ingrats, et que la façon dont nous exerçons notre liberté soit une action de grâce pour le Seigneur.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr