"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

mardi 20 janvier 2009

L'argent de l'Eglise

Cela fait plusieurs fois que j'entends des personnes faire des réflexions à propos de l'argent de l'Église... alors une petite "mise au point" semble nécessaire. En effet, il y a encore des personnes qui croient en toute bonne foi que l'Église catholique est riche, voir même que les prêtres sont payés par l'État...

Petit rappel : depuis 1905, il y a une séparation totale des Églises et de l'État en France. L'Église catholique a été spoliée de tous ses biens, que ce soient ceux qui coûtent (églises, bâtiements...) ou ceux qui rapportent (fermes...) et aujourd'hui les églises, presbytères,... antérieurs à cette date appartiennent aux communes. Les cathédrales sont propriété de l'État. L'Église catholique reste par contre l'affectataire exclusif des lieux de culte : rien ne peut se faire dans une église ou une cathédrale sans l'accord préalable du curé, qui s'assure que les activités culturelles par exemple ne sont pas incompatibles avec le caractère sacré des lieux. Les églises ne sont pas des salles de concert, ni des salles des fêtes ! Alors, s'il y a concert, il faut que le style de musique et le répertoire soit compatibles avec le fait qu'il s'agit d'un lieu de culte chrétien.

Autre question : les ressources de l'Eglise catholique, et les revenus des prêtres... L'Eglise catholique n'a pas d'autre ressource financière que les dons des fidèles. Et les salaires des prêtres et de toutes les personnes salariées de l'Eglise sont payés grâce à ces dons. Aujourd'hui, de nombreux diocèses sont dans une situation financière très préoccupante, et c'est le cas du diocèse de Laval... Chaque année, le diocèse perd de l'argent, et il est obligé de puiser dans ses réserves et dans celles des paroisses pour rester à l'équilibre. La situation est telle qu'il n'est pas à exclure que d'ici quelques années, le diocèse ne puisse plus faire face à ses frais de fonctionnement... il faudra peut-être alors que les prêtres eux-mêmes se mettent à exercer un travail salarié à l'extérieur pour subvenir à leurs besoins. Ce qui est clair, c'est qu'aujourd'hui, les dons des fidèles ne sont pas à la hauteur des besoins de l'Eglise...

La "paye" d'un prêtre, c'est pour moitié les honoraires de messe. Quand on souhaite faire célébrer une messe à une intention particulière, on est invité à faire un don de 16 €. Les prêtres reçoivent ainsi 16 € par jour... mais il y a de moins en moins de personnes à demander des messes... A croire que les chrétiens ne prient plus pour les défunts de leur famille...

Autre aspect de la question : donner de l'argent pour un sacrement... Le principe est clair : un sacrement est gratuit. Et cela vaut aussi pour les funérailles (qui ne sont pas un sacrement). Mais comme l'Eglise ne vit que de dons, elle propose aux personnes qui font appelle à elle pour telle ou telle célébration de faire un don à cette occasion. Pour cela elle donne un montant indicatif : 60 € pour un baptême, 160 € pour un mariage, 160 € pour une sépulture. Et le don est fait au moment de la célébration ou après : la célébration n'est pas liée au don... quel que soit le montant du don, la célébration aura lieu !

Chacun est invité à y réfléchir, notamment en ce qui concerne le Denier de l'Eglise : si vous estimez que vous n'avez pas besoin de l'Eglise catholique et que vous n'en aurez jamais besoin... ne donnez rien. Mais si vous souhaitez qu'il y ait un prêtre et des chrétiens à vos côtés pour tel ou tel événement de la vie de votre famille... alors faites en sorte que l'Eglise puisse vivre !

Que ceux qui ont des oreilles entendent...

2 commentaires:

Hervé a dit…

Cher Père David,
Je suis d'accord avec le fond de votre billet : les catholiques devraient donner plus régulièrement et davantage à leur Eglise (paroisse et diocèse), en réalisant que si les Sacrements sont gratuits, il y a des charges importantes.
Par contre, sur certains détails, vous me permettrez de reprendre vos propos :
- en Alsace-Moselle, les prêtres sont rémunérés par l'Etat (ces diocèses ayant été occupés par l'Allemagne lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat)
- tout ce qui a été construit après 1905 appartient à l'Eglise, donc la Cathédrale d'Evry (tout comme de nombreuses paroisses d'Ile de France) n'est pas propriété de la République.
- les contributions des fidèles ne sont pas les SEULES ressources de l'Eglise. D'autres recettes existent, certes mineures en Mayenne, mais provenant d'autres origines : les revenus financiers, les locations de salles et autres ventes de cierges (pas toujours achetés par des paroissiens, mais des promeneurs)
Et même si c'est indirect, l'Etat apporte une aide : le Denier de l'Eglise est déductible des impôts à hauteur de 66% (c'est un des arguments utilisés chez nous, pour nous demander + !)
- vous écrivez que la situation des finances est telle qu' "il faudra peut-être alors que les prêtres eux-mêmes se mettent à exercer un travail salarié à l'extérieur pour subvenir à leurs besoins". Je crois me souvenir que le Vatican n'est pas favorable au travail salarié des prêtres (le nombre de prêtres ouvriers a fortement diminué depuis les années 50) et par ailleurs, si les rares prêtres travaillent à l'extérieur, ils ne pourront pas remplir toutes les tâches pour lesquelles ils ont été ordonnés. Une autre possibilité est de réduire les dépenses : avec les regroupements de paroisses et la disparition de nombreux prêtres âgés, les diocèses ruraux auront peut-être moins d'églises à entretenir, moins de frais et de traitements à régler.
Evidemment, il serait préférable que chaque fidèle donne davantage, que des legs se développent et que les diocèses riches aident les + défavorisés..

Bon courage pour vous faire entendre de vos fidèles !

Hervé de Portzamparc, Paris 15ème
(fils du sacristain de la cathédrale)

David J a dit…

Cher Hervé,
Ce que vous dites est vrai... sauf que pour accomplir les missions remplies jusque-là par les prêtres, il nous faut embaucher des personnes salariées... et on ne peut décemment pas payer une personne qui a charge de famille avec le même salaire qu'un prêtre !
De plus, tous les prêtres âgés qui décèdent ne sont plus depuis longtemps à la charge de l'Eglise : les diocèses cotisent à une caisse de retraite, et à partir de 65 ans, c'est la CAVIMAC qui verse leur retraite aux prêtres.
Quand vous parlez d'avoir moins d'églises à entretenir, ce n'est pas le problème, puisque la grande majorité des églises sont à la charge des communes. La question se posera cependant des églises n'ayant pas de caractère artistique et qui ne servent presque plus : il y a déjà des communes qui ont rasé des églises...

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr