"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 14 décembre 2008

Homélie du 14 décembre - 3ème dimanche de l'Avent B - "Gaudete"

Basilique ND d’Avesnières – Laval – 10h00
Dimanche 14 décembre 2008
3ème dimanche de l’Avent B – “Gaudete”

(Textes : Is 61,1-2a.10-11 – Ct: Lc 1,46-50.53-54 – 1Th 5,16-24 – Jn 1,6-8.19-28)

Illustration : La Vierge du Magnificat, Cathédrale de Laval.

Mot d’accueil :
« Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. »

C’est bientôt Noël, les textes d’aujourd’hui nous invitent à nous réjouir. Avec le prophète Isaïe, St Paul et la Vierge Marie, nous exultons de joie et nous nous réjouissons à l’avance de la Bonne Nouvelle annoncée : guérison et délivrance. Avec St Jean-Baptiste, préparons le chemin du Seigneur et préparons nos cœurs à l’accueillir.

Homélie :

« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur. »… au cœur de ce temps de l’Avent, ce dimanche de la joie, ce dimanche de « Gaudete », oriente nos cœurs vers cette attitude fondamentale de l’existence chrétienne qu’est la joie. Non pas la gaité inconsciente ou l’optimisme béat, car dans notre monde, ce serait de l’inconscience, mais la joie profonde de l’assemblée des croyants. Cette joie naît de la découverte de l’amour de Dieu, de l’écoute de la Parole, de la lecture dans nos vies des signes de l’Esprit. Oui, Dieu nous aime et par son Esprit Saint il est à l’œuvre dans nos vies, et nous contribuons à la construction du Royaume de Dieu… voilà la source de la joie authentique du disciple du Christ.

Le passage de la première épître de Paul aux Thessaloniciens que nous avons entendu est comme un carnet de route pour les disciples que nous sommes… à commencer par la première phrase : « Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus. » Quand Paul écrit cela aux Thessaloniciens, c’est qu’ils en ont bien besoin : ils sont dans une situation difficile car ils sont rejetés et persécutés par les Juifs de leur ville, et St Paul lui-même devra fuir Thessalonique.

Et cette joie profonde dans laquelle nous devons vivre, elle est en lien avec l’événement qui est l’horizon final de nos vies : la venue de notre Seigneur Jésus Christ. « Il est fidèle, le Dieu qui vous appelle : tout cela, il l’accomplira. » Oui, la source de notre joie, c’est l’attente confiante et active de la venue du Christ, de son retour, ce que nous célébrons à chaque eucharistie : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire. » Pour St Paul, c’est cette venue du Christ qui est l’horizon de toutes ses pensées et qui doit orienter toute la vie chrétienne. C’est ainsi le but du chemin qui nous indique quel chemin nous devons parcourir.

Au milieu du passage, St Paul donne un autre conseil : « N’éteignez pas l’Esprit, ne repoussez pas les prophètes, mais discernez la valeur de toute chose. Ce qui est bien, gardez-le ; éloignez-vous de tout ce qui porte la trace du mal. » C’est un exercice délicat mais authentiquement chrétien, que ce “discernement des esprits”. Il ne suffit pas que quelqu’un parle au nom de Dieu pour qu’immédiatement vous deviez adhérer à ce qui est dit : il y a multitude de charlatans, de faux prophètes, de fausses prières, de piétés déviantes, qui circulent dans notre monde. Plus le terreau authentiquement chrétien se trouve fragilisé, plus ressurgissent des pratiques qui rappelle le paganisme de nos lointains ancêtres et le culte des idoles. Quand nous essayons d’être attentifs aux signes que l’Esprit Saint nous adresse, il nous faut faire preuve de bon sens et d’intelligence : respectons les dons qui viennent de l’Esprit Saint, mais ne suivons pas aveuglément toute personne qui se dit habitée par l’Esprit. On juge un arbre à ses fruits : dans l’épître aux Corinthiens, St Paul dira qu’il faut toujours choisir ce qui édifie la communauté. Si quelqu’un se dit être détenteur d’une vérité, et que cette personne va dans le sens de fragiliser la communauté chrétienne, le corps du Christ, si elle créé des divisions, des tensions, des inimitiés, c’est sans doute que ce don ne vient pas de l’Esprit Saint. Car comment l’Esprit Saint pourrait-il œuvrer contre l’unité du Corps du Christ ?

Un autre adage traditionnel peut nous aider : « Là où est l’évêque, là est l’Église. » C’est la mission de l’évêque de garder et de renforcer l’unité de l’Église dont il a la charge, et l’unité de cette Église avec l’Église catholique dans son ensemble. Tout prédicateur, tout guérisseur, tout visionnaire… qui ne remet pas ses dons entre les mains de son évêque dans l’obéissance, il ne peut être question de le suivre, car il n’œuvre pas dans le sens de l’unité de l’Église. Voilà une règle simple et sûre. Et pour nous, soyons toujours dans cette joie simple et belle du vrai disciple : une joie fondée sur la confiance dans le retour du Christ, une joie fidèle dans la prière, une joie active à faire le bien.

Amen.

David Journault †

Aucun commentaire:

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr