"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

mardi 23 décembre 2008

Homélie du 21 décembre - 4ème dimanche de l'Avent B

Cathédrale de la Trinité – Laval – 10h30
Entrée en catéchuménat d’un jeune
Église ND des Cordeliers – Laval – 18h00
Dimanche 21 décembre 2008
4ème dimanche de l’Avent B

(Textes : 2S 7,1-5.8b-12.14a.16 – Ps 88 – Rm 16,25-27 – Lc 1,26-28)

Illustration : Vitrail de l'Eglise de la Réconciliation, Communauté de Taizé.

Mot d’accueil :
Frères et sœurs,

En ce dernier dimanche de l’Avent, nous contemplons une fois de plus le mystère de l’amour de Dieu qui se remet entre les mains de la Vierge Marie pour venir jusqu’à nous, pour habiter au milieu de nous. [Dans la joie, également, nous accueillons N. qui va faire aujourd’hui, au milieu de notre communauté rassemblée, son entrée en catéchuménat.]

Homélie :

Frères et sœurs,

Dans ce temps de l’Avent qui nous achemine vers Noël, nous avons sans doute préparé une crèche dans nos maisons, comme cela a été fait dans nos églises. La crèche, c’est la première maison de l’Enfant Jésus sur cette terre… maison toute de simplicité… Ou plutôt, c’est la deuxième demeure du Christ… car la première, c’est Marie ! Et comme Marie, nous sommes appelés à faire de nos vies des demeures pour Dieu.

Dans la première lecture, nous voyons le roi David se préoccuper de donner une demeure convenable pour le Seigneur. Il sait bien que Dieu n’en a pas besoin, mais il sait aussi que le peuple d’Israël a besoin d’un lieu convenable, d’un endroit adapté pour aller à la rencontre de Dieu. Et le Seigneur répond à la sollicitude de David en lui promettant que c’est sa maison, c’est-à-dire sa famille, qui subsistera pour toujours…

En Jésus Christ, c’est véritablement que Dieu avait besoin d’une “maison” pour venir “habiter” chez les hommes… « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous » écrira St Jean dans le premier chapitre de son évangile que nous entendrons le matin de Noël. Oui, Dieu avait besoin d’une mère, d’une vie humaine qui l’accueil.

À la salutation de l’ange, Marie est bouleversée… Elle a confiance, mais en même temps elle se rend bien compte de ce que cette situation a d’extraordinaire. Peut-être pense-t-elle à ses parents, à Joseph… Comment vont-ils pouvoir comprendre ? Cela va passer pour un adultère aux yeux de tous… Marie risque la mise à mort par lapidation…

Mais malgré cela, elle dit “oui” et accepte de devenir une demeure pour le Seigneur. Ainsi, grâce à sa coopération, le projet de Dieu peut s’accomplir, le plus grand événement de l’histoire de l’humanité vient au jour en la personne de ce petit enfant. Oui, « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu ».

À nous aussi, Dieu demande de lui ménager une place en nous-mêmes. C’est chaque jour que nous devons offrir à Dieu cette demeure en nous, mais peut-être y pensons-nous de façon plus intense quand Noël approche. Comme David et Marie, cela n’est sans doute pas toujours facile pour nous. Comme eux, nous pouvons connaître le doute, l’inquiétude, les épreuves. Mais comme eux, si nous décidons généreusement d’ouvrir nos vies au Seigneur et de coopérer avec Lui, nous prenons conscience que de grandes choses peuvent s’accomplir si nos vies sont véritablement en communion avec lui. Comme Dieu est devenu homme, s’est incarné grâce à l’accueil de la Vierge Marie, il peut s’incarner encore par nous-mêmes si nous lui offrons nos vies, nos bras et nos mains, si nous nous mettons concrètement, dans nos vies, au service de la Bonne Nouvelle du Christ.

Ce temps de Noël est un temps de grande espérance, un temps de renouvellement. Aussi, en cherchant à être toujours plus les “temples de l’Esprit Saint”, nous sommes assurés que, même si nous ne sommes pas toujours fidèles, même si nous sommes fragiles et faillibles, nous pouvons suivre l’exemple de nos aînés dans la foi : Marie, Joseph, Jean-Baptiste...

Si nous le faisons, nous pourrons entendre cette même salutation angélique : « Réjouis-toi ! Sois sans crainte. » car « le Seigneur est avec toi. »

Amen.

David Journault †

dimanche 14 décembre 2008

Homélie du 14 décembre - 3ème dimanche de l'Avent B - "Gaudete"

Basilique ND d’Avesnières – Laval – 10h00
Dimanche 14 décembre 2008
3ème dimanche de l’Avent B – “Gaudete”

(Textes : Is 61,1-2a.10-11 – Ct: Lc 1,46-50.53-54 – 1Th 5,16-24 – Jn 1,6-8.19-28)

Illustration : La Vierge du Magnificat, Cathédrale de Laval.

Mot d’accueil :
« Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. »

C’est bientôt Noël, les textes d’aujourd’hui nous invitent à nous réjouir. Avec le prophète Isaïe, St Paul et la Vierge Marie, nous exultons de joie et nous nous réjouissons à l’avance de la Bonne Nouvelle annoncée : guérison et délivrance. Avec St Jean-Baptiste, préparons le chemin du Seigneur et préparons nos cœurs à l’accueillir.

Homélie :

« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur. »… au cœur de ce temps de l’Avent, ce dimanche de la joie, ce dimanche de « Gaudete », oriente nos cœurs vers cette attitude fondamentale de l’existence chrétienne qu’est la joie. Non pas la gaité inconsciente ou l’optimisme béat, car dans notre monde, ce serait de l’inconscience, mais la joie profonde de l’assemblée des croyants. Cette joie naît de la découverte de l’amour de Dieu, de l’écoute de la Parole, de la lecture dans nos vies des signes de l’Esprit. Oui, Dieu nous aime et par son Esprit Saint il est à l’œuvre dans nos vies, et nous contribuons à la construction du Royaume de Dieu… voilà la source de la joie authentique du disciple du Christ.

Le passage de la première épître de Paul aux Thessaloniciens que nous avons entendu est comme un carnet de route pour les disciples que nous sommes… à commencer par la première phrase : « Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c’est ce que Dieu attend de vous dans le Christ Jésus. » Quand Paul écrit cela aux Thessaloniciens, c’est qu’ils en ont bien besoin : ils sont dans une situation difficile car ils sont rejetés et persécutés par les Juifs de leur ville, et St Paul lui-même devra fuir Thessalonique.

Et cette joie profonde dans laquelle nous devons vivre, elle est en lien avec l’événement qui est l’horizon final de nos vies : la venue de notre Seigneur Jésus Christ. « Il est fidèle, le Dieu qui vous appelle : tout cela, il l’accomplira. » Oui, la source de notre joie, c’est l’attente confiante et active de la venue du Christ, de son retour, ce que nous célébrons à chaque eucharistie : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire. » Pour St Paul, c’est cette venue du Christ qui est l’horizon de toutes ses pensées et qui doit orienter toute la vie chrétienne. C’est ainsi le but du chemin qui nous indique quel chemin nous devons parcourir.

Au milieu du passage, St Paul donne un autre conseil : « N’éteignez pas l’Esprit, ne repoussez pas les prophètes, mais discernez la valeur de toute chose. Ce qui est bien, gardez-le ; éloignez-vous de tout ce qui porte la trace du mal. » C’est un exercice délicat mais authentiquement chrétien, que ce “discernement des esprits”. Il ne suffit pas que quelqu’un parle au nom de Dieu pour qu’immédiatement vous deviez adhérer à ce qui est dit : il y a multitude de charlatans, de faux prophètes, de fausses prières, de piétés déviantes, qui circulent dans notre monde. Plus le terreau authentiquement chrétien se trouve fragilisé, plus ressurgissent des pratiques qui rappelle le paganisme de nos lointains ancêtres et le culte des idoles. Quand nous essayons d’être attentifs aux signes que l’Esprit Saint nous adresse, il nous faut faire preuve de bon sens et d’intelligence : respectons les dons qui viennent de l’Esprit Saint, mais ne suivons pas aveuglément toute personne qui se dit habitée par l’Esprit. On juge un arbre à ses fruits : dans l’épître aux Corinthiens, St Paul dira qu’il faut toujours choisir ce qui édifie la communauté. Si quelqu’un se dit être détenteur d’une vérité, et que cette personne va dans le sens de fragiliser la communauté chrétienne, le corps du Christ, si elle créé des divisions, des tensions, des inimitiés, c’est sans doute que ce don ne vient pas de l’Esprit Saint. Car comment l’Esprit Saint pourrait-il œuvrer contre l’unité du Corps du Christ ?

Un autre adage traditionnel peut nous aider : « Là où est l’évêque, là est l’Église. » C’est la mission de l’évêque de garder et de renforcer l’unité de l’Église dont il a la charge, et l’unité de cette Église avec l’Église catholique dans son ensemble. Tout prédicateur, tout guérisseur, tout visionnaire… qui ne remet pas ses dons entre les mains de son évêque dans l’obéissance, il ne peut être question de le suivre, car il n’œuvre pas dans le sens de l’unité de l’Église. Voilà une règle simple et sûre. Et pour nous, soyons toujours dans cette joie simple et belle du vrai disciple : une joie fondée sur la confiance dans le retour du Christ, une joie fidèle dans la prière, une joie active à faire le bien.

Amen.

David Journault †

lundi 8 décembre 2008

8 décembre : Solennité de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie

Aujourd'hui est une grande fête pour l'Église catholique en générale, et pour le Diocèse de Laval en particulier. En effet, nous fêtons aujourd'hui l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, à laquelle le Diocèse de Laval a été consacré par son premier évêque, Mgr Casimir-Alexis Wicart.

Tout à l'heure à 18h15 notre évêque actuel, Mgr Thierry Scherrer, va présider l'eucharistie en la Basilique Notre-Dame d'Avesnières.

Souvent on confond l'Immaculée Conception avec la conception virginale... petit rappel...
  • L'Immaculée Conception de la Vierge Marie : "Dès le premier instant de sa vie, Marie a été préservée de tout péché par une grâce venant déjà de la mort de son Fils. La conception immaculée de Marie est donc fondée sur sa maternité divine. Comme en son assomption, Marie est, en son immaculée conception, l'image anticipée de l'Église, que Dieu a voulue sans tache, ni ride, mais sainte et immaculée." (Cf. Missel romain).
  • La conception virginale : Marie a été enceinte non du fait d'une relation sexuelle avec Joseph, mais par l'action de l'Esprit Saint de Dieu en elle.
Voilà une ancienne prière dite à l'occasion de cette fête dans le diocèse et que j'ai trouvé à la sacristie de la Cathédrale de Laval :

Très Sainte Vierge Marie,
le diocèse de Laval est le premier qui ait été placé par le Saint Siège sous le vocable de votre sainte et immaculée Conception. Nous venons en ce jour renouveler cette consécration authentique et solennelle, en vous priant d’accorder votre maternelle protection à l’évêque et au clergé, aux paroisses et aux communautés, aux œuvres et aux institutions, à toutes les familles et à toutes les âmes sans exception de ce diocèse.
Faites germer chez nous de nombreuses et saintes vocations sacerdotales. Préservez la foi de tous. Augmentez notre charité ; maintenez-nous dans l’union et la dignité de vie ; formez parmi nous de véritables apôtres. Aidez-nous à pratiquer le détachement des biens de ce monde. Veillez sur les absents. Ramenez tous les pécheurs à la pratique des commandements de Dieu et de l’Église.
Nous vous consacrons spécialement les malades, les affligés, les prisonniers, les indigents, les enfants. Bénissez notre Patrie dont vous êtes la Reine. Ô Vierge Immaculée, donnez-nous le courage de lutter contre le péché et gardez votre peuple de tout entraînement dans le mal.
Assistez-nous tous à l’heure de notre mort et faites-nous entrer un jour avec votre divin Fils, dans votre gloire !
Ainsi soit-il !

dimanche 7 décembre 2008

Homélie du 7 décembre - 2e dimanche de l'Avent B

Basilique ND d’Avesnières – Laval – 10h00
Messe KT – Entrée en catéchuménat de Korantin, Chloé, Lou, Capucine, Kelim et Mahaut
Église ND des Cordeliers – Laval – 18h00
Messe préparée et animée par les lycéens de l’Aumônerie de l’Enseignement public
Dimanche 7 décembre 2008 2ème dimanche de l’Avent B
(Textes : Is 40,1-5,9-11 – Ps 84 – 2P 3,8-14 – Mc 1,1-8)

Mot d’accueil :

Dans notre chemin de l’Avent, nous rencontrons aujourd’hui le visage de Jean-Baptiste. « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route », tel est son crie… saurons-nous l’entendre ?

Homélie :

Jean-Baptiste, comme Isaïe, nous avons l’habitude de le classer dans la catégorie des prophètes : ces hommes un peu bizarres, il suffit de regarder la façon de s’habiller et de se nourrir de Jean-Baptiste, qui prononce des paroles parfois obscures, au nom de Dieu. On les considère parfois un peu comme des voyants, des personnes qui prévoient l’avenir…

Mais les prophètes que nous voyons dans l’Écriture sont bien différents de ces faux prophètes, de ces voyantes, astrologues, horoscopes et autres diseurs de bonne aventure.

C’étaient des hommes spécialement choisis par Dieu pour s’adresser aux autres au nom même de Dieu. Et généralement, leur mission n’était pas facile, car Dieu leur demandait d’aller dire au peuple d’Israël ce qu’il avait fait de mal. Voilà aussi pourquoi la mission de prophète était difficile : ils devaient faire des remarques désagréables et donner des avertissements à tous, au nom de Dieu : « Ce que vous faites, votre façon de vivre, tous vos péchés, cela n’est pas en accord avec l’Alliance conclue avec Dieu. Vous vous êtes détournés de Dieu. Changez d’attitude et revenez au Seigneur… »

Ce n’est jamais agréable à entendre, et il est plus simple de taper sur le messager que d’essayer d’écouter en vérité ce qu’il a à nous dire ! Le prophète est une sorte de thermomètre qui est là pour indiquer aux croyants qu’ils sont malades et qu’ils ont la fièvre ! On peut toujours essayer de casser le thermomètre, ce n’est pas ça qui va faire baisser la fièvre !

Et on sait bien que plusieurs prophètes ont été maltraités, au lieu d’être écoutés. Jean-Baptiste lui-même a été mis en prison et décapité.

Aujourd’hui encore, l’Église se met à l’écoute des paroles des prophètes, car les défauts qu’ils dénoncent sont encore présents dans notre monde. Quand Jean-Baptiste nous appelle à préparer le chemin du Seigneur, à aplanir la route, c’est de notre cœur, c’est de notre vie qu’il parle. Qu’est-ce qui dans notre cœur fait obstacle à la venue du Seigneur ? Comme le dit St Pierre dans le passage de sa lettre que nous avons entendu tout à l’heure, le Seigneur patiente pour nous laisser le temps de nous convertir… mais un jour, il reviendra, et dans quel état trouvera-t-il nos cœurs et nos vies ?

Le temps de l’Avent est un temps béni pour prendre le temps de relire nos vies et de chercher en nous ce qu’il faut changer, ce qu’il faut supprimer, ou bien ce qu’il faut ajouter, pour préparer dans notre cœur le chemin du Seigneur. Cette semaine, les élèves de CM des trois écoles catholiques de la paroisse ont pu vivre le sacrement de la Réconciliation, pour préparer leur cœur à accueillir la joie de Noël. Comme les années passées, les prêtres de la paroisse vont vous proposer des heures de permanence pour vivre individuellement le sacrement de la Réconciliation… Ne restez pas sourds à cet appel de Jean-Baptiste à vous convertir, à offrir vos cœurs et vos vies au Seigneur.

Ainsi, vous pourrez vivre pleinement la vocation de votre baptême : au baptême, nous devenons prêtre, prophète et roi. Prêtre, car nous sommes appelés à prier, prophète, car nous sommes appelés à témoigner, roi, car nous sommes appelés à prendre soin de nos frères.

Ne laissons pas le don de Dieu s’endormir ou s’éteindre en nous.

Amen.

David Journault †

vendredi 5 décembre 2008

Partager une joie...

Chers lecteurs,
Quelques lignes pour vous partager quelques joies toutes simples du ministère de prêtre. Ces deux derniers jours, avec quelques confrères, nous avons confessé les élèves de CM1-CM2 des trois écoles catholiques présentes sur la paroisse : l'école St Joseph, l'école ND d'Avesnières et l'école de l'Enfant-Jésus.
Être auprès de ces enfants et les aider par la réflexion et le sacrement de la réconciliation à grandir en humanité et dans leur foi, c'est magnifique, même si ça passe peut-être inaperçu, y compris pour les paroissiens !
Autre grande joie : dimanche qui vient, nous allons célébrer à la messe de 10h en la Basilique d'Avesnières l'entrée en catéchuménat de 6 enfants de la paroisse. Ces enfants ont entre 9 et 11 ans, et ils cheminent avec sérieux dans leur groupe de caté. Ils sont heureux et fier de devenir catéchumène, et c'est une joie pour moi d'être témoin du cheminement spirituel de ces enfants...
Je rends grâce à Dieu pour ces beaux moments !
A bientôt...

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr