"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

dimanche 1 juin 2008

Homélie du 1er juin - 9e dimanche du temps ordinaire A

Église ND des Cordeliers – Laval
Dimanche 1er juin 2008 – 18h00
9e dimanche du Temps ordinaire A
Messe préparée et animée
par l'Aumônerie des étudiants

(Textes : Dt 11,18.26-28.32 – Ps 30 – Rm 3,21-28 – Mt 7,21-27)


Mot d’accueil :


« Il ne suffit pas de me dire “Seigneur, Seigneur !” pour entrer dans le Royaume des cieux, mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux. »
Cette phrase de l’évangile de ce dimanche nous invite à prier autrement. Quand dans le Notre Père ne disons « Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. », c’est en réalité un engagement que nous prenons : nous mettre en mouvement et faire ce qui est à notre portée pour contribuer à la construction du Royaume.

Homélie :

Frères et sœurs,

Le passage de l’évangile selon saint Matthieu que nous venons d’entendre est la fin d’un long discours de Jésus, le “Discours sur la montagne”. Et c’est par un avertissement sur le jour du Jugement que se termine ce discours.

Le jour du Jugement, c’est le jour où nos vies seront dévoilées dans toute leur vérité aux yeux de Dieu et à nos yeux : nous verrons comme Dieu voit toutes nos richesses, tout ce que nous aurons fait de bien dans nos vies, et aussi tous nos manquements à l’amour, tous nos gestes d’égoïsme, tout ce que nous aurons fait de mal.

Car le Jugement, c’est bien cela : c’est le dévoilement dans la vérité absolue de nos vies. Nous ne pouvons pas faire comme si nos actions n’avaient pas d’importance aux yeux de Dieu, et lui non plus : même si Dieu nous pardonne, Il ne peut pas faire comme si nous n’avions pas “abîmé”, dégradé en nous son image.

Dieu ne souhaite qu’une chose : c’est que nous vivions en union à Lui pour une éternité de bonheur. C’est pour cela qu’il ne faut pas comprendre les commandements de Dieu comme quelque chose qui viendrait limiter ma liberté. Dieu ne commande pas comme les hommes peuvent commander : Dieu n’est pas un “petit chef” dont le plaisir pervers serait de faire sentir son pouvoir à ceux qui sont en-dessous de lui. Non, si Dieu nous donne des commandements, puisqu’il s’agit de commandements dictés par l’Amour parfait, ce sont des commandements qui nous ouvrent à la pleine liberté et à l’épanouissement de notre être, dans l’amour. N’oublions pas que nous avons été créés à l’image de Dieu et que nous avons été créés pour aimer : c’est en aimant et en nous rapprochant de Dieu que nous devenons pleinement nous-mêmes.

Dieu ne peut rien nous commander qui irait à l’encontre de notre liberté ou de notre authentique épanouissement. Ce que le Christ explique dans son discours, c’est qu’il ne faut pas se payer de mots. Peut-être que jouer un personnage, paraître pieux et généreux, cela peut faire illusion autour de nous… mais devant Dieu, c’est la réalité et la vérité de notre cœur qui sont dévoilés : si je fais des bonnes actions uniquement pour avoir une bonne image dans le monde et être reconnu comme quelqu’un de généreux… où est la vérité de mon action ? Elle n’est pas dans l’amour désintéressé de mon prochain, mais bien dans l’égoïsme.

Encore et toujours, le Seigneur nous appelle à vivre de façon cohérente et dans la vérité : si j’aime Dieu et si je veux véritablement prendre ce chemin de l’amour, c’est toute ma vie qui doit en être transformée. Ma façon de vivre, mes actes extérieurs seront alors la traduction authentique de ma vie intérieure.

C’est dans cette voie, certes étroite, que nous sommes appelés à nous engagés. Prions le Seigneur pour qu’il nous aide à faire les bons choix, pour qu’il nous aide à mieux l’aimer et à mieux aimer nos frères.

Amen.

1 commentaire:

fdo a dit…

Il s'agit là encore d'une parole troublante pour tous ceux qui ne voient en Jésus que la douceur et le pardon. Trop souvent, en effet, nous pouvons réduire le Christ à un amour romantique, sensible, qui passe l'éponge. Pourtant, l'amour de Jésus est aussi vérité. Il nous parle au coeur, il dévoile nos illusions, il démasque nos intentions. A ceux qui veulent bricoler leur religion, chercher le bien être dans la prière ou leur consolation dans les rites sont mal à l'aise face aux paroles de Jésus. Il a assez dénoncé l'attitude des pharisiens - qui priaient et étaient scrupuleux vis-à-vis de la Loi donc de Dieu - pour que nous n'utilisions pas la religion pour nous-mêmes. Etre chrétien c'est être disciple de Jésus, dans les faits et les actes. Voilà qui est impossible sans l'Esprit-Saint, qu'il faut demander dans la prière et les sacrements.

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr