"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

lundi 28 avril 2008

Photos du Pélé-Jeunes


Bonjour à toutes et à tous,
Mes photos du Pélé-Jeunes 2008 à Lourdes du diocèse de Laval sont visibles et téléchargeables sur Picasa Web en cliquant ICI.
A bientôt.
P. David Journault

dimanche 27 avril 2008

Homélie du 20 avril - 5ème dimanche de Pâques A


Basilique ND d’Avesnières – Laval
Dimanche 20 avril 2008 – 10h00
5ème Dimanche de Pâques A
(Textes : Ac 6,1-7 – Ps 32 – 1P 2,4-9 – Jn 14,1-12)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs,
En relisant les paroles que le Christ a laissées à ses disciples, nous redécouvrons comment Il a préparé un chemin dans leur cœur : un chemin vers la Vérité et la Vie, pour que sa Parole devienne vraiment pour eux, et pour nous, la Bonne Nouvelle, qui vient éclairer et donner du sens à nos vies.

Homélie :

« Moi je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » Voilà une parole définitive et une affirmation claire de Jésus sur lui-même. Pour nous aujourd’hui, cela ne nous surprend pas trop : Jésus s’affirme ici comme l’unique Médiateur, celui qui est venu dans le monde pour nous révéler qui est Dieu, son Père.

Mais si nous nous mettons à la place des disciples, c’est un peu plus compliqué. Car les disciples n’avaient pas forcément tous une bonne compréhension de la mission et de la personne de Jésus. Et si Thomas et Philippe pose des questions qui peuvent sembler étonnantes, il faut bien nous dire que les autres ont très probablement des questions plein la tête. Petit à petit, pendant sa vie terrestre, Jésus a déposé dans le cœur de ses disciples des paroles qui allaient leur permettre ensuite, à la lumière de sa Passion, de sa Résurrection et de son Ascension, dans la force de l’Esprit de Pentecôte, de comprendre qui il était vraiment. Jésus, cet homme venu cheminer auprès des hommes sur les routes de Galilée, de Judée, de Samarie, cet homme n’était pas qu’un homme : il était aussi Fils de Dieu, et Dieu lui-même.

Notre profession de foi, celle que nous faisons chaque dimanche à la messe, elle n’a pas été rédigée par le Christ… Dieu a laissé les hommes cheminer et chercher à comprendre le mystère de l’identité de Jésus, de son rapport avec Lui, de la place de l’Esprit Saint. Il faudra près de 400 années à la communauté chrétienne pour se mettre d’accord sur le Symbole de Nicée-Constantinople et pour confesser que Dieu est un, et qu’en lui il y a trois personnes divines, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Pourquoi est-ce que je vous parle de cela, me direz-vous peut-être ? C’est pour que nous nous remettions en face de cette vérité : Dieu s’est révélé à nous en Jésus-Christ, et c’est en scrutant les Écritures, en relisant sans cesse les paroles et les gestes de Jésus, que nous pouvons nourrir notre vie chrétienne et vivre véritablement en disciples du Christ.

D’ailleurs, la première lecture nous renseigne également sur la communauté chrétienne dans ses débuts. Si nous avions l’image d’une communauté chrétienne primitive où tout se passait bien, dans la paix, l’amour et l’harmonie… détrompons-nous ! Dans ce passage du Livre des Actes des Apôtres, nous voyons en effet l’Église aux prises avec une crise de croissance, si l’on peut dire. L’arrivée de nouveaux convertis, de langues et de cultures différentes, semble rendre difficile la vie communautaire, notamment en ce qui concerne la dimension caritative. Les veuves de la communauté de langue grecque sont moins bien traitées que les veuves de la communauté de langue hébraïque. Alors, que font les Apôtres ?

Une façon de faire aurait pu être de dire : « Puisque Jésus nous a choisi, nous les Apôtres, nous allons reprendre cela en main… » Mais non… les Apôtres ont une tout autre vision de la mission, et de la tradition : pour rester fidèles à l’esprit insufflé par Jésus, ils vont faire du neuf. Voilà ce qui est véritablement traditionnel dans l’Église : adapter les moyens, les méthodes, les outils de la mission, pour répondre aux besoins spirituels et humains de l’époque où nous sommes. Ce qui est traditionnel, c’est l’union au Christ, la prière et l’imposition des mains sur les nouveaux serviteurs de la communauté, les nouveaux ministres… imposition des mains qui se fait toujours aujourd’hui.

Alors, que retenir pour nous aujourd’hui de ces lectures ? Sans doute que pour répondre à notre vocation de baptisés, il nous faut rester les yeux fixés sur le Christ, Lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. En fidélité au Christ, cherchons toujours et encore à témoigner de son amour dans le monde qui est le nôtre. Faisons véritablement du Christ la pierre angulaire de nos vies, pour reprendre l’expression de St Pierre dans la 2ème lecture. Cette basilique d’Avesnières, comme toutes nos églises, avec un petit “e”, est une parabole de ce que nous sommes appelés à construire. Nous sommes les pierres vivantes de l’Église, avec un grand “e”, et nous nous appuyons sur la pierre angulaire placée à notre tête : Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Amen.

samedi 19 avril 2008

Pèlerinage à Lourdes : à Jésus, par Marie... avec Bernadette

Dimanche soir, je vais avoir la grâce de partir en pèlerinage à Lourdes avec 85 jeunes de la Mayenne et 13 animateurs, ainsi que 2 confrères prêtres.

Ce sera la 6ème ou la 7ème fois pour moi que je me rendrai dans cette ville où, en 1858 (cette année est donc le 150e anniversaire de ces apparitions), la Vierge Marie est apparue 18 fois à une jeune fille pauvres, Bernadette Soubirous.

Depuis lors, des millions de personnes se sont rendu à Lourdes pour vivre un temps fort dans leur foi, confier à Marie leurs problèmes, spirituels, moraux ou physiques.

En cliquant ICI, vous serez directement redirigez vers le site officiel des sanctuaires de Lourdes, où vous pourrez trouver tous les renseignements sur les apparitions, et sur ce qu'est Lourdes aujourd'hui.

Certains voudraient ne présenter de Lourdes que les magasins de souvenirs ou les personnes en quête de miracle. Mais la vérité profonde de Lourdes est ailleurs. Elle est d'abord dans le renversement social qui s'y vit : à Lourdes, ce sont les malades, les petits, les faibles, les pauvres, qui ont la première place. La Vierge Marie s'est adressée à Bernadette, une jeune fille malade et pauvre, regardée comme une petite "merdeuse" par les personnes bien pensantes de la ville. Et quand elle s'adressait à Bernadette, elle le faisait toujours avec beaucoup de politesse et de respect, ce qui a profondément marqué la jeune fille.

Mais surtout, Lourdes est un lieu que la Sainte Vierge à choisi pour y faire venir ses enfants, afin qu'ils y vivent un temps fort de réflexion, de prière, de conversion de vie. Se convertir, ça veut dire changer dans notre vie ce qui nous écarte de Dieu et tourner résolument notre cœur vers Lui.

Le 24 février 1858, pendant la 8e apparition, la Vierge Marie a demandé à Bernadette de prier et de faire pénitence pour les pécheurs. Elle est venu nous rappeler à quel point nous étions appelés à être solidaires les uns des autres. Nous sommes tous et toutes en communion, et nous pouvons prier les uns pour les autres. C'est ensembles que nous avançons sur le chemin de la vie, ensembles que nous tombons parfois, ensembles que nous devons nous relever et toujours vivre dans l'espérance.

A mon retour, je vous raconterai...



Ci-dessous vous trouverez le tableau synthétique des apparitions, copié à partir du site des sanctuaires de Lourdes.

Tableau des apparitions

DATES LES EVENEMENTS LES PAROLES
FEVRIER

Jeudi - 11




1ère apparition : Bernadette voit une Dame tout habillée de blanc dans la grotte de Massabielle.
Dimanche - 14 2ème apparition.

Mercredi - 17

Mercredi des Cendres.


Jeudi - 18

3ème apparition : Invitation à venir pendant 15 jours

Ce n'est pas nécessaire. (En réponse à la question de Bernadette : « Voulez-vous avoir la bonté de mettre votre nom par écrit ? »)
Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant 15 jours.
Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l'autre.

Vendredi - 19

4ème apparition.
Samedi - 20 5ème apparition.
Dimanche - 21 6ème apparition.
Lundi - 22 jour sans apparition.
Mardi - 23 7ème apparition.

Mercredi - 24

8ème apparition : Message de prière et de pénitence.

Pénitence ! pénitence ! pénitence ! Vous prierez Dieu pour les pécheurs.
Allez baiser la terre pour la conversion des pécheurs.

Jeudi - 25

9ème apparition : Découverte de la source.

Allez boire à la fontaine et vous y laver. Vous mangerez de cette herbe qui est là.

Vendredi - 26

jour sans apparition.



Samedi - 27 10ème apparition : mêmes paroles et mêmes gestes que le 24 février.
Dimanche - 28 11ème apparition : mêmes paroles et mêmes gestes que le 24 février.
MARS

Lundi - 1er 12ème apparition.
Mardi - 2 13ème apparition : Demande aux prêtres : La " Procession ", la " Chapelle ".

Allez dire aux prêtres qu'on vienne ici en procession et qu'on y bâtisse une chapelle.

Mercredi - 3

14ème apparition : Nouvelle demande de la chapelle.
Jeudi - 4 15ème apparition : Dernier jour de la quinzaine.
Jeudi - 25 16ème apparition : La Dame dit son nom. (Fête de l'Annonciation).

QUE SOY ERA IMMACULADA COUNCEPTIOU.

JE SUIS L'IMMACULÉE CONCEPTION.

AVRIL

Mercredi - 7 17ème apparition : Le " miracle du cierge ". (Mercredi de Pâques).
JUILLET

Vendredi - 16 18ème apparition : Bernadette, de la prairie face au Gave voit la Vierge, " plus belle que jamais ". (Fête de Notre-Dame du Mont-Carmel).

jeudi 10 avril 2008

Homélie du 6 avril - 3ème dimanche de Pâques A



Cathédrale de la Trinité – Laval
Dimanche 6 avril 2008 – 10h30
3ème Dimanche de Pâques A

(Texte : Ac 2,14.22b-33 – Ps 15 – 1P 1,17-21 – Lc 24,13-35)

Mot d’accueil :

Frères et sœurs, comme avec les pèlerins d’Emmaüs, le Christ nous rejoint sur la route et nous partage sa Parole et son Pain. Au milieu de notre assemblée, nous accueillons les enfants catéchisés sur notre paroisse, et particulièrement ceux qui cheminent vers leur première communion.

Homélie :

Frères et sœurs,

Nous savons bien, les uns et les autres, le besoin que nous avons de reparler des événements importants que nous vivons. Les deux disciples qui quittent Jérusalem sont encore bouleversés des événements qu’ils auxquels ils viennent d’assister. Sans doute entrés avec Jésus à Jérusalem, ils ont été les témoins impuissants de la mise à mort de celui qu’ils avaient suivit.

Et quand un étranger les rejoint sur le chemin, la conversation vient tout naturellement sur tous ces événements. Le Christ ressuscité les rejoints sur la route, et peu à peu il les aide à voir clair dans le plan de Dieu, en repartant des textes des prophètes et en leur brossant le tableau complet de la rédemption opérée par Lui. Et c’est ce que ne cesseront plus d’annoncer les disciples du Christ, comme nous voyons Pierre le faire dans la 1ère lecture. Mais cela ne suffit pas : c’est finalement dans le geste de la fraction du pain qu’ils le reconnaissent. C’est dans l’eucharistie que le Christ se donne le plus totalement à nous. Et en même temps, c’est à cet instant même qu’il disparaît… sans doute pour nous laisser prendre sa suite et devenir nous-mêmes apôtres.

Et qu’est-ce que le Christ nous demande d’annoncer ? Par son incarnation, par son enseignement, par ses actes, par sa mort et sa résurrection, le Christ s’est fait à la fois notre frère, notre guide et notre sauveur.

Par son incarnation, c’est Dieu lui-même, le créateur du monde, qui a pris chair en Marie pour vivre la plus grande solidarité possible, l’intimité la plus profonde avec l’humanité, en devenant l’un des nôtres. Et pendant 30 années, il a vécu comme l’un de nous, il a appris un métier aux côtés de Marie et de Joseph, la femme et l’homme à qui Dieu l’avait confié.

Par son enseignement, par ses actes, pendant sa vie publique, il s’est fait le témoin, l’interprète, le relais du Père pour nous apprendre comment Dieu nous appelle à vivre : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. »… « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que tous vous reconnaitront comme mes disciples. », « Faites cela en mémoire de moi. »… Avec nous et au milieu de nous, le Christ a vécu, il a aimé, il a soigné, il a enseigné, il a pleuré, il a souffert, il est mort. En Christ, Dieu a vécu la condition humaine véritablement, de l’intérieur.

Par sa Passion et sa Résurrection, le Christ a définitivement vaincu la mort et le péché, en mourant lui-même par amour pour nous, en obéissance à son Père, pour racheter les péchés de l’humanité. Et cette Résurrection du Christ devient signe d’espérance pour tous les hommes. A la suite du Christ nous sommes appelés à ressusciter et à vivre éternellement auprès du Père. Car voilà bien notre espérance, et voilà bien ce que nous sommes appelés à annoncer : après notre mort et un nécessaire temps de purification, nous pourrons entrer dans la pleine communion avec Dieu-Trinité. Enfin, nous pourrons contempler Dieu face à face et le connaître en vérité, totalement, tel qu’Il est. Là nous touchons aux limites de notre langage humain et de notre compréhension…

Que sera cette vie éternelle auprès de Dieu ? Nul ne peut la décrire… Mais que cela ne nous empêche pas de tout faire pour que, dès aujourd’hui dans notre vie, nous cherchions à vivre le plus possible déjà en communion avec notre Dieu, le Dieu révélé par Jésus-Christ.

Car si le Fils de Dieu est venu vivre parmi nous sur cette terre, c’est pour nous permettre de vivre pour l’éternité avec la Trinité. Vivons et agissons toujours avec cette perspective dans le cœur.

Amen.

jeudi 3 avril 2008

Toi, tu peux

Dieu seul peut créer
Mais tu peux valoriser ce qu’il a créé.

Dieu seul peut donner la foi
Mais tu peux donner ton témoignage.

Dieu seul peut infuser l’espérance
Mais tu peux rendre la confiance à ton frère.

Dieu seul peut donner l’amour
Mais tu peux apprendre à l’autre à aimer.

Dieu seul peut donner la paix
Mais tu peux semer l’union.

Dieu seul peut donner la joie
Mais tu peux sourire à tous.

Dieu seul peut donner la force
Mais tu peux soutenir un découragé.

Dieu seul est le chemin
Mais tu peux l’indiquer aux autres.

Dieu seul se suffit à lui-même
Mais il a préféré compter sur toi...

Toi, tu peux.

Anonyme

mercredi 2 avril 2008

"Diriger & Servir" : 27e Assises Nationales des EDC

Les 28, 29 et 30 mars dernier, j'ai participé aux 27e Assises Nationales des EDC (Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens) à Marseille. J'accompagne en une section de ce mouvement sur Laval.

Les EDC, c'est quoi ? Voilà comment le mouvement se présente :

Nature et vocation des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
Ressuscité, "le Christ nous précèse" (cf. Mt 28,7), et "chacun reçoit le don de manifester
l'Esprit en vue du bien de tous" (1 Co 12,7).
C'est un chemin vers Dieu.
Nous sommes appelés à la conversion :
Le mouvement des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens propose à ses membres des moyens pour travailler à reconnaître la présence du Christ et l'action de l'Esprit Saint dans la vie des
personnes, acteurs et partenaires de l'entreprise, et dans leurs relations.
Cette recherche transforme.
Nous cherchons alors ensemble, en équipe, en mouvement, comment répondre à l'appel de l'Evangile dans l'exercice actif de nos responsabilités d'entrepreneur et dirigeant chrétien.

Les Assises nationales sont un moment privilégié d'échanges, d'interpellation et de prière. Elles sont aussi un temps d'écoute de témoins, d'experts et de théologiens. A Marseille, le thème était donc : Diriger et servir.

Thème qui a amené les membres des EDC à réfléchir sur leur comportement de dirigeants à la lumière de l'Evangile et de la pensée économique et sociale chrétienne.

Au cours de ces Assises, nous avons eu l'occasion d'entendre plusieurs intervenants et témoins, tels que :

  • Mgr Georges PONTIER (Archevêque de Marseille)

  • M. le pasteur Jean-Daniel DOLLFUS (Président du Conseil régional de l'Eglise réformée de France - Provence Alpes-Corse-Côte d'Azur)

  • M. Jean-Claude GAUDIN (Sénateur, Maire de Marseille)

  • M. Patrick RICARD (Président-directeur général du Groupe Pernod Ricard)

  • M. Denis RANQUE (Président-directeur général de Thalès)

  • M. Jean-François ROUBAUD (Président de la CGPME)

  • M. Jean-Claude MAILLY (Secrétaire général de la CGT Force Ouvrière)

  • M. Emmanuel FABER (Directeur général délégué du Groupe Danone)

  • P. Luc CREPY (Supérieur du Séminaire interdiocésain d'Orléans)

  • Mme Marie BALMARY (Psychanalyste et écrivain)

  • M. le pasteur Alain JOLY (Théologien)

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr