"Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ, notre Seigneur."
Épître aux Romains 8,39

"Allons mon âme, tu vas converser avec le Bon Dieu, travailler avec lui, marcher avec lui.
Tu travailleras mais Il bénira ton travail. Tu marcheras mais Il bénira tes pas. Tu souffriras mais Il bénira tes larmes."
St Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars

Musique et autres nouveautés...

Vous pouvez aussi retrouver en bas de page les horaires des messes de ma paroisse...

jeudi 29 novembre 2007

Homélie du 25 novembre 2007 - Le Christ Roi


Basilique ND d’Avesnières – Laval
Dimanche 25 novembre 2007 – 10h00
Solennité du Christ Roi de l’Univers C


(Textes : 2 S 5,1-3 – Ps 121 (122) – Col 1,12-20 – Lc 23,35-43)

Mot d’accueil (Anniversaire AED) :
Frères et sœurs, Aujourd’hui, solennité du Christ Roi de l’Univers, nous concluons l’année liturgique avant d’entrer dimanche prochain dans le temps de l’Avent qui nous permettra de nous préparer à la fête de Noël. Ce dimanche est aussi celui où, dans notre paroisse, nous nous rendons attentif à une organisation chrétienne, l’Aide à l’Église en Détresse, qui fête cette année ses 60 ans.

Homélie :
Frères et sœurs,
Aujourd’hui, fête du Christ Roi, nous arrivons au terme de cette année liturgique. Dimanche prochain, 1er dimanche de l’Avent, avec ce temps de préparation à Noël s’ouvrira une nouvelle année liturgique.

Ce qu’il y a d’étonnant dans ce titre de Roi que nous donnons à Jésus, c’est que le jour même où nous célébrons cette fête, nous lisons l’évangile de la crucifixion… Dans cet évangile, par 3 fois on met en doute la royauté de Jésus : les chefs, les soldats, et même l’un des condamnés. Est-il le Christ, le Messie, celui qui a reçu l’onction, celui qui est là sur cette croix ? C’est incroyable ! Ca dépasse toute logique !

Car quel est-il, ce roi ? Quel est-il notre roi ? Ne nous trompons pas et n’imaginons pas le Christ siégeant sur un trône avec puissance et majesté, comme une sorte de Louis XIV : ce serait faire de lui un roi de ce monde. La royauté du Christ est une royauté de service : il est un serviteur de l’amour du Père, au service de la relation entre Dieu et les hommes. Il est venu en ce monde pour nous sauver et nous annoncer le projet d’amour que Dieu a pour nous.

Et nous participons tous à cette royauté, de part notre Baptême : c’est le sens de l’onction[1] que le prêtre ou le diacre fait sur le front du baptisé avec le Saint Chrême après le geste de l’eau. Dans la prière qui accompagne cette onction, le célébrant dit : « Désormais, tu fais partie de son peuple, tu es membre du Corps du Christ et tu participes à sa dignité de prêtre, de prophète et de roi. »

Par le baptême, nous devenons donc rois, comme le Christ, et rois à sa manière : celle d’un pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Être chrétien, c’est donc s’engager à la suite du Christ pour annoncer sa Parole et construire un monde meilleur.

Témoigner de Jésus Christ, vivre en accord avec le Christ, cela amène à poser des actes qui peuvent être en contradiction avec ce que font et pensent les personnes qui nous entourent : par exemple, dans un monde où l’argent devient peu à peu la valeur suprême, c’est agir pour que ce soit l’homme qui soit au centre, et non les finances. Dans un monde où il ne semble pas possible d’être heureux sans pratiquer une sexualité débridée et aventureuse, où les corps s’exhibent, y compris sur les panneaux publicitaires, c’est rappeler la grandeur de la fidélité, la place de la sexualité dans le couple marié, la dignité du célibat consacré, la beauté de la pudeur.

Il ne s’agit pas d’être bêtement réactionnaire et de tomber dans un dénigrement total du monde. Être chrétien, c’est aimer le monde, mais sans en aimer les péchés, c’est essayer de vivre et de témoigner en fidélité au Christ. C’est chercher à faire que le monde s’imprègne toujours plus des valeurs de l’Évangile. Et c’est ce qu’essaye de faire à sa façon l’Aide à l’Église en Détresse, l’AED. Depuis 1947 et sa fondation aux Pays-Bas, l’AED soutient par les dons des Églises riches les Églises qui sont dans l’épreuve, qui souffrent de persécution et de grande pauvreté.

Moi qui ai travaillé pendant 2 années au Cambodge à la comptabilité de l’Église, je sais bien la part que l’AED peut prendre pour soutenir les constructions d’Église, les constructions de séminaires, par exemple. Le fondateur, le père Werenfried, disait que la mission de l’AED était de sécher les larmes de Dieu là où cela était nécessaire.

L’AED essaye de participer à la construction du Royaume. Car si le Royaume du Christ n’avait rien à voir avec le monde d’ici, nous n’aurions qu’à nous réfugier dans nos églises et à prier en attendant la fin du monde et la venue du Royaume. Mais le Royaume ne viendra pas sans nous : Dieu est tout-puissant, mais il préfère avoir recours à nos bras et à nos mains. C’est notre dignité de fils et de filles de Dieu qui est en jeu ; c’est la mission que le Seigneur nous confie : nous devons être les bons samaritains de nos frères.

Dans chaque homme qui souffre, c’est le Christ qui est présent. Saint Vincent de Paul invitait ses religieuses à toujours servir les pauvres comme si elles servaient le Christ lui-même.

Car si le Christ est un roi, ne nous y trompons pas : notre Roi est un roi dont le trône est une croix.

Amen.

[1] Onction : Le « frotté d’huile » = Messie = Christ

mercredi 28 novembre 2007

Qui suis-je ?

J'ai 33 ans et habite actuellement à Laval (53). Je suis prêtre du diocèse de Laval depuis le 17 juin 2007. Je suis depuis le 1er septembre 2007 prêtre coopérateur sur la paroisse "La Trinité - Avesnières - Cordeliers" sur la ville de Laval (rive droite).

Qui suis-je ?

Après avoir fait mes études en Mayenne et une fois mon bac en poche, je suis parti à Rennes faire deux années de classe prépa HEC pour ensuite intégrer en 1994 l'ESC La Rochelle.
Trois années plus tard, j'en sortais avec en poche mon diplôme (option gestion des ressources humaines).
À l'époque, le service militaire existait toujours, et je souhaitais occuper au mieux ces mois de service obligatoire. Je décidais donc de partir en coopération.
C'est ainsi que je passais deux années à servir l'Église catholique du Cambodge comme gestionnaire-comptable à l'évêché de Phnom Penh.
Au Cambodge, la question de la vocation est revenu avec une grande force, surtout par le contact avec les chrétiens de ce pays.

Ma vocation

Mon initiation chrétienne s'est d'abord faite par le biais de ma famille, puis par la catéchèse, mais surtout par le MEJ (Mouvement Eucharistique des Jeunes) dont j'ai fait partie de mes 9 ans à mes 23 ans. C'est dans le sein du MEJ que j'ai appris à partager ma foi, à échanger et à argumenter avec d'autres sur des thèmes de foi et de vie chrétienne. C'est sans doute grâce au MEJ que je n'ai jamais eu peur de m'afficher comme chrétien. Le MEJ m'a aussi appris la relecture de vie : prendre le temps, régulièrement, de poser un regard sur ma vie, parfois avec l'aide d'un plus grand, pour y discerner les traces de Dieu. Dieu nous parle par le biais de nos rencontres, des événements, des choix… et c'est grâce à la relecture de vie que j'ai appris à poser mes choix de vie. La première fois que j'ai évoqué avec quelqu'un le projet de devenir prêtre, c'était avec ma mère et j'avais 11 ans… mais l'idée est rapidement sortie de ma tête.
Après mon bac, j'ai fait deux années de prépa à Rennes, puis trois années d'école de commerce à La Rochelle. Pendant ces années, ma vie chrétienne a surtout été liée, là encore, au MEJ, mais en tant que responsable d'équipes de plus jeunes.
À la fin de mes études, je suis partie en coopération pendant deux années au Cambodge, et c'est cette période de ma vie qui, à la suite des autres, a été déterminante pour mon choix d'entrer au Séminaire. En effet, c'est la rencontre des chrétiens cambodgiens, des chrétiens qui ont gardé leur fois malgré les brimades et les persécutions, qui m'a amené à me poser des questions sur ma propre vie de foi. L'Église du Cambodge m'a permis de m'ouvrir à la question de la vocation et à accepter de ne plus être le seul à décider de ma vie : j'ai décidé, au moment de mes 25 ans, de remettre ma vie entre les mains de Dieu. Pendant plusieurs semaines, ma prière a été unique : " Seigneur, je suis prêt à tout, montre-moi ce que je dois faire. " Et petit à petit, c'est devenu une conviction forte : le Seigneur m'appelait à devenir prêtre.
Depuis le Cambodge, j'ai écrit à mes parents pour le partager le bouleversement qui se passait en moi, et j'ai eu la joie de sentir leur soutien : ils étaient ouvert à la question, et tout ce qui leur importait, c'était mon bonheur.
Ensuite la question s'est posée du type de prêtre. J'ai décidé, à mon retour en France, de prendre un accompagnateur spirituel et de chercher du travail pour avoir du temps pour discerner. En parallèle, je faisais la formation du Service interdiocésain des Vocations (plusieurs week-ends avec des jeunes qui sont en recherche de vocation). Après un an et demi de travail à Paris, je demandais à Mgr Maillard d'entrer au séminaire pour me former dans le but de devenir prêtre pour le diocèse de Laval. C'était en 2001.
Les années de séminaire, ce sont des années de formation intensives, mais aussi des années pour se confronter à la réalité de la vie de l'Église et de notre diocèse… c'est parfois éprouvant, car il faut confronter la réalité à nos illusions… mais c'est aussi le moyen d'approfondir le discernement sur la vocation. En effet, la vocation n'est pas une réalité désincarnée : la vocation est toujours pour un lieu, pour un peuple chrétien, pour un type de mission. On n'est pas prêtre dans le vide, mais on est prêtre diocésain pour la mission en paroisse dans le diocèse de Laval…

Ouverture du blog

Bonjour à tous et bienvenue chez moi ! Pourquoi un tel blog ? Non pas pour ma petite gloire personnelle... mais en tant que prêtre catholique (et jeune en plus) j'avais envie de tenter l'expérience du blog...
Ensuite, je souhaitais ouvrir un espace de partage pour ceux qui se posent des questions autour de la foi en général, et de la foi chrétienne en particulier.

Les messes dans ma paroisse

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur egliseinfo.catholique.fr